La décision de boycotter les sentiers de motoneige sur nos terres me fait sursauter grandement et cela m'amène à me poser plusieurs questions, écrit l'auteur de cette lettre.

Où est passée notre solidarité?

J'écris aujourd'hui pour exprimer ma grande déception en lien avec le choix du moyen de pression qu'a fait l'Union des producteurs agricoles (UPA) tout récemment.
En effet, la décision de boycotter les sentiers de motoneige sur nos terres me fait sursauter grandement et cela m'amène à me poser plusieurs questions. 
J'aimerais donc partager avec vous celles qui font partie de ma réflexion.
Croyez-vous que nous ciblons les bonnes personnes en optant pour ce moyen? Ne pensez-vous pas que les gens pénalisés seront nos propres clients?
En effet, les relais de motoneige qui servent de nos produits seront ceux qui en souffriront le plus. Est-ce réellement sur eux que nous devons exercer cette pression? Voulons-nous réellement les faire souffrir? 
Je crois que nous devrions être des partenaires fidèles envers ces entrepreneurs de nos régions qui sont dépendants de nos actions.
De plus, nous ternirons notre image envers les passionnés de ce sport, qui sont aussi nos clients. 
Sommes-nous réellement logiques et de véritables partenaires lorsqu'on fait nos choix? 
Nous devrions nous faire un devoir d'être des acteurs positifs dans le développement économique de nos régions. 
Où sont passées notre solidarité et notre reconnaissance envers nos clients?
Mon but, aujourd'hui, est simplement de susciter une réflexion pour s'assurer que notre choix est logique et réfléchi.
Bonne saison de motoneige, chers clients!
Mario Massicotte
Producteur agricole
Saint-Maurice