La nouvelle carte électorale n'est pas bien accueillie dans la région.

Ne scindez pas notre territoire!

L'auteur, Bernard Thompson, est maire d'Hérouxville et préfet de la MRC de Mékinac. 
Le maire d'Hérouxville, Bernard Thompson.
Nous apprenions récemment par les médias que la Commission de la représentation électorale avait déposé un nouveau rapport faisant l'objet d'un débat qui doit se tenir très bientôt à l'Assemblée nationale du Québec. Nous comprenons qu'il s'agit de l'étape ultime avant l'établissement définitif des limites des circonscriptions électorales.
Ce rapport nous indiquant l'abolition de la circonscription électorale de Saint-Maurice et le transfert de certaines villes d'une circonscription électorale à une autre ne peut définitivement pas laisser les élus de la Mauricie indifférents. Nous pourrions même parler ici d'une surprise de taille.
Le meilleur exemple est cette proposition de diviser l'unité territoriale de la MRC de Mékinac de manière à ce que sept municipalités, dont sa ville-centre, soient transférées dans la circonscription électorale de Champlain.
C'est tout à fait aller à l'encontre des efforts que nous déployons depuis quelques années pour serrer nos liens à l'intérieur de notre territoire. Autrement dit, l'appartenance électorale ne devrait jamais se dissocier de l'appartenance territoriale.
Il est étonnant que la commission n'ait pas retenu que les forces vives d'une circonscription se mesurent non pas par le seul nombre de ses électeurs mais par la capacité à défendre leurs enjeux tant au niveau social qu'économique.
La Commission de la représentation électorale avait déposé un rapport préliminaire pour sa tournée de consultation publique au printemps 2015. Cette proposition présentait une version de la carte électorale incluant toutes les municipalités de la MRC de Mékinac. On nous expliquait que la notion de communauté naturelle avait été respectée.
La région d'appartenance à la commission scolaire, aux soins de santé, au centre d'hébergement et tout ce qui a trait au soutien populationnel des organismes communautaires étaient respectés. Vous comprendrez donc qu'on ne puisse souscrire à un discours aujourd'hui différent où la cohésion sociale deviendrait pour nous un enjeu majeur.
Bref, nous comprenons que la loi prévoit une certaine équité d'électeurs entre les circonscriptions mais la Commission de la représentation électorale possède une marge de manoeuvre à l'égard de ce paramètre. Il lui faudrait conclure qu'appliquer le principe de précaution serait davantage bénéfique pour notre milieu. Ce principe se traduit par l'inclusion de l'ensemble des électeurs de la MRC de Mékinac à l'intérieur d'une seule circonscription électorale, soit Laviolette-Saint-Maurice.
En terminant, nous souhaitons sincèrement que les prochaines étapes tiennent compte de notre réalité mékinacoise.