Mon Nouvelliste, j’y tiens!

OPINIONS / Je ne peux m’imaginer la fin de notre journal Le Nouvelliste. Impensable! Inacceptable! Intouchable!

Notre quotidien, avec lequel plusieurs d’entre nous avons grandi, nous a toujours bien servis, que ce soit dans la grande Mauricie, mais aussi dans les régions de Bécancour et de Nicolet-Yamaska.

Comment se passer des éditoriaux de Martin Francoeur, Stéphan Frappier et du président Alain Turcotte?

Surtout que les médias écrits apportent toute la profondeur à nos dossiers locaux et régionaux tout en mobilisant nos collectivités.

Le Nouvelliste est garant de nous présenter les vraies nouvelles, nous épargnant entre autres de cette plaie courante des épidémies de fausses nouvelles à l’échelle planétaire aussi bien que locale.

Ce ne sont pas non plus les grands médias nationaux qui viendront nous appuyer dans nos revendications régionales!

Quoi que l’on dise, Le Nouvelliste est un outil de grande utilité publique, se portant souvent à la défense de nos institutions locales et régionales.

Le Nouvelliste est là pour rappeler à l’ordre nos gouvernements, qui parfois sont insensibles aux besoins de la population, nos villes, municipalités, syndicats, agriculteurs, notre jeunesse, nos travailleurs, sans oublier nos personnes âgées.

C’est pourquoi je souhaite de tout cœur que la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec s’engage fermement aujourd’hui et à l’avenir, à soutenir notre quotidien Le Nouvelliste, pour assurer sa viabilité à long terme.

Il faut que les entreprises locales, les municipalités, les gouvernements, replacent leurs publicités dans les pages des journaux locaux, plutôt que d’enrichir les Facebook, Google, etc. qui ne payent pas leur juste part d’impôt.

Il faudrait même que Le Nouvelliste serve d’outil pédagogique dans chaque école…

Nous devrions être conscients de ce que notre quotidien régional Le Nouvelliste apporte à notre communauté et comprendre aussi que si l’ont veut que ça dure, il faut s’abonner si on le peut, et même offrir un abonnement en cadeau à ceux qui n’en ont pas les moyens.

Grâce au Nouvelliste, je suis au courant des faits marquants de la région, mais aussi des accomplissements réalisés par des personnes qui y vivent. On peut même être informé du départ de personnes qui nous sont chères; la nécrologie est des plus importantes, nos parents s’empressaient toujours de lire les «morts»!

L’avenir est à ceux qui luttent pour sauver nos acquis!

Jules Pinard

Trois-Rivières