Dre Diane Francoeur

Merci, Madame Mongrain!

L’auteure, Dre Diane Francoeur, est présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec. Elle réagit ici à une lettre de Marie-Claude Mongrain intitulée «Les médecins et leur conscience professionnelle», publiée dans notre édition du 23 mars dernier.

Madame Mongrain,

Je tiens à vous remercier d’avoir pris le temps de décrire la difficile réalité-terrain du travail dans les urgences de nos hôpitaux québécois.

Votre passion envers votre profession est palpable, vous êtes l’exemple concret de cet engagement qui est encore bien présent au quotidien dans tous les milieux à haut débit: salles d’urgence, salles d’accouchement, salles d’opération, soins intensifs, unités coronariennes. L’adrénaline qui coule dans les veines de tous les professionnels qui y sont engagés soude nos équipes et vous le décrivez très bien.

Malheureusement, avec la morosité qu’on sent dans le réseau, nous oublions parfois de reconnaître le bon travail de nos pairs.

Ensemble, nous sommes tellement plus performants, et ce, à tous les niveaux.

Ne lâchez pas!

Misère au Bloc

Photo: Olivier Croteau 30/04/2017 Trois-Rivieres Quebec, Canada. Assemblee generale annuelle du Bloc Quebecois dans Trois-Rivieres. La chef du parti Martine Ouellet.

Le Bloc va passer encore quelque temps dans une dispute interne. Je suis à 100 % pour Martine Ouellet.

Lorsque des députés élus pour travailler pour le Québec ne veulent pas parler d’indépendance, qui pourtant est la même cause, c’est pas fort.

Si les Québécois parlent de souveraineté, c’est qu’il n’y a aucune autre façon d’avancer sans le faire à genoux sur tous les plans. Deux races différentes avec deux ADN différents.

On nous parle de démocratie et c’est par ces instruments mêmes que l’on nous triche et écrase à chaque fois. Cela a été comme ça dans le passé, c’est comme ça dans le présent et ce sera inévitablement comme ça à l’avenir. Alors, avec un brin de sagesse et un peu d’intelligence, sortons de ce carcan qui emprisonne toute une race entière.

Bonne chance, Martine, et continue ton bon travail. Les dissidents travaillent présentement contre le Québec.

Et s’il y a un référendum sur le sujet pour les membres du Bloc, la question à poser doit être sur le litige de la dissension seulement. «Est-ce que parler d’indépendance à ce palier de gouvernement est aussi travailler pour le Québec? »

Restons debout et on nous respectera, assurément.

Jean-Guy Gagné

Trois-Rivières