Madame Saint-Onge méritait mieux!

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / «Quand tu veux noyer ton chien, tu dis qu’il a la rage», dit le célèbre proverbe. À Saint-Alexis-des-Monts, il semble que ce soit la pandémie et non la rage qui soit la cause d’un important remaniement d’effectifs. 

Elle révèle à l’administration Bourassa que, tout à coup, selon l’extrait de la résolution passée au conseil municipal le 3 août dernier: 1) il faut revoir l’efficience de sa structure organisationnelle actuelle, réévaluer ses indicateurs de performance concernant les méthodes de travail et le rendement de ses effectifs eu égard aux besoins opérationnels; et 2) après analyse de l’évolution des besoins opérationnels et des méthodes de travail plus efficientes, le poste désigné à des fins administratives sous «secrétaire-trésorière adjointe» doit être nouvellement défini.

En clair, la pandémie a eu pour effet de démontrer qu’une seule personne est concernée par cette quête subite de performance, d’efficacité, et c’est Madame Thérèse St-Onge, en poste depuis 36 ans de bons et loyaux services et encore tenue toujours en confinement à la maison par ses employeurs. En un mot comme en cent, tous les autres secteurs de l’administration Bourassa sont impeccables (?) et il faut procéder au plus vite à l’abolition du poste de Madame St-Onge et le réduire à un beau 14 heures par semaine sur deux jours… Ils ont vu la lumière c’est sûr!

Mais là où le bât blesse — et comme citoyen(ne) on est en droit de se poser des questions sur cette aussi étonnante qu’odieuse décision — c’est que pendant 36 ans, Madame St-Onge, une employée riche d’une expérience hors du commun sous plusieurs administrations municipales, et en étroite collaboration toujours avec plusieurs maires et conseillers dont certains composent même encore le conseil municipal, aurait tout à coup trop de temps. Alors que chacun sait très bien qu’en administration, les nouvelles exigences de la technologie et des nouveaux dossiers font augmenter les charges de travail, à l’hôtel de ville, cette employée, et elle seule, a soudain trop de temps, elle se tourne les pouces… Il faut réduire sa semaine à seulement 14 heures… On la paie à ne rien faire, ma foi! Cherchez l’erreur!

Tous les Aleximontois et Aleximontoises, même ceux qui résident maintenant à l’extérieur de Saint-Alexis et qui ont eu affaire à Madame St-Onge pendant 36 ans connaissent sa valeur dans ses fonctions à l’hôtel de ville. Peu de personnes ignorent qu’elle est en outre l’instigatrice de nombreux projets porteurs et créatifs pour la municipalité depuis qu’elle est en poste; pour mémoire, j’en cite quelques-uns: son aide active aux 100e et 125e de la paroisse, membre du comité touristique pendant des années, présidente et membre fondateur de la Société d’histoire et généalogie de Saint-Alexis et celle qui a mis en œuvre le livre historique de Saint-Alexis; et actuellement, en vue du 150e l’an prochain, à la tête de la Société d’histoire, elle est l’instigatrice des fresques magnifiques qui ornent les façades de ce qui était à l’origine le couvent des Filles de Jésus, etc.

Et c’est tout ça qui étonne et questionne le gros bon sens. D’un seul coup, la Municipalité a besoin d’économiser en abolissant le poste qu’elle occupe en lui offrant des miettes de travail qui masquent à peine les intentions qui se cachent derrière ça, particulièrement à la veille du 150e: Madame St-Onge est compétente, très compétente, et elle connaît bien la chose municipale et elle a des idées, de brillantes idées, et elle a des projets pour le rayonnement de la paroisse… Et ça, ça fait trop d’ombre, voyez-vous!

Ce qui se passe actuellement chez nous est une telle aberration que j’ai honte d’être représentée par ces gens pour qui les valeurs de reconnaissance et de respect ne veulent rien dire. Ils ne représentent en rien le cœur profond de ce que sont les Aleximontois qui ont toujours mis de l’avant fierté, honneur, reconnaissance.

Quelques questions pour Monsieur le maire et la directrice générale: où est votre respect envers un(e) employé(e) – et une employée irréprochable en plus – qu’on pousse sauvagement et d’urgence vers la sortie, sachant très bien qu’elle est près de la retraite à quelques mois, au plus à un an près? Si ça avait été fait honnêtement et de bonne foi, n’aurait-il pas été plus «normal» d’attendre une nouvelle recrue pour repenser les postes... Qu’est-ce qui pressait tant? Et votre sens de l’honneur, où est-il pour savoir reconnaître sincèrement tout son travail, accompli au service de la population de Saint-Alexis pendant 36 ans et tout ce qu’elle peut apporter jusqu’à la fin de sa carrière? Des dirigeants sans racines, sans histoire, qui refusent d’accepter qu’avant eux il y a eu des bâtisseurs et qu’ils ne sont qu’un maillon, c’est petit, tellement petit! Et maintenant, quelle forme prendra votre reconnaissance – y en aura-t-il seulement une? – avec le beau cadeau de retraite que vient de faire l’administration Bourassa à Madame St-Onge pour souligner tant d’années de service, de compétence et de dévouement?

Ce qui est certain, c’est qu’elle ne méritait pas le traitement qui lui a été réservé! À la place du maire et de la directrice générale qui ont concocté et présenté cette triste option, aux membres du conseil, qui eux ne l’ont pas remise en cause, je ne me pèterais pas les bretelles avec ce «glorieux» projet. Maintenant que la population est au courant, les responsables n’auront pas le choix de porter l’odieux de cette décision et d’en rendre compte aux citoyens qu’ils représentent. On ne peut pas toujours se cacher derrière le si pratique «à l’unanimité» pour justifier l’injustifiable!

Je vois quand même un avantage et une consolation à ce qu’ils viennent de faire et qui sort au grand jour: ils se font connaître de la pire manière à toute la population en montrant leur vrai visage. Cela jette un éclairage impitoyable sur la pauvreté de l’administration Bourassa et toute l’ignorance crasse d’une saine gestion avec des relations de travail harmonieuses et un esprit de collaboration. Rappelons-nous que tout élu est imputable et doit assumer ses décisions. Celle que l’administration Bourassa vient de prendre ne la fera jamais passer à la belle histoire de Saint-Alexis. Chez nous, il y a eu de bons maires dans le passé… il y aura encore de bons maires dans le futur; c’est là la justice des élections à venir.

Je souhaite de tout cœur que la population de Saint-Alexis soit informée de cette honteuse décision qui a d’ailleurs failli passer inaperçue: étonnamment, on n’a pas publié les résolutions du dernier conseil municipal dans le Stalexique (journal municipal) de ce mois-ci, comme c’est l’habitude à chaque parution; on a seulement invité la population à le télécharger sur le site internet de la Municipalité Saint-Alexis mais tout le monde n’est pas branché… quelle heureuse coïncidence! Voilà un bel exemple de la façon dont on administre actuellement… toujours en notre nom, bien sûr… toujours pour notre bien, bien sûr!

En attendant, vous, les artisans de cette énorme et innommable injustice: honte, oui, honte à vous!

Chantal St-Onge Clément
Saint-Alexis-des-Monts