Yves-François Blanchet

L'intimidation, c'est non!

Quand une citoyenne émet une opinion qui dérange le «groupe de Shawinigan», quand elle pose des questions qui menacent le petit temple du pouvoir de l'hôtel de ville, ce petit groupe fait appel à ce qu'elle croit être l'artillerie lourde: Yves-François Blanchet, qui a une carrière de 18 mois en politique provinciale. Le petit groupe en question pense qu'il va nous impressionner parce qu'il passe à la télévision.
De l'intimidation rétrograde comme dans les temps obscurs. Il a tenté d'écraser un citoyen de Grand-Mère qui veut représenter ses concitoyens honorablement. Roger Castonguay passe par le chemin prévu par la démocratie pour se faire élire. C'est son droit.
M. Blanchet a essayé de relier les contestations d'une citoyenne à M. Castonguay qui menace sa femme pour son élection. Il ne voit pas que c'est tout un secteur (voire tous les citoyens) qui a à coeur Shawinigan et sa bonne gestion. Il accuse l'adversaire de sa femme de lâcheté; je me demande qui se cache derrière un porte-parole parmi les candidats du secteur de la Rivière?
Les lâches sont ceux qui se réfugient derrière les gros titres pour protéger un système. Non, M. Blanchet, vous ne direz pas aux gens de Grand-Mère qui est bon et qui est méchant. Vous ne nous direz pas pour qui voter. 
Si vous voulez représenter les gens, présentez-vous aux élections. Si votre épouse ne peut pas se défendre toute seule, qu'elle quitte la politique. Si elle a besoin d'être représentée par son mari, ou quiconque autre qu'elle même, elle ne mérite pas de nous représenter.
Les gens de Grand-Mère sont plus intelligents que ça, ils ne suivront aucun pantin, ni gourou, qu'il soit populaire ou non, chanteurs, acteurs, animateurs, etc. Continuez à amuser le Québec; les Grand-Mérois vont s'occuper de leurs affaires eux-mêmes.
André Groleau
Secteur Grand-Mère
Shawinigan