«En faisant confiance à nos experts de la santé publique et en respectant les consignes, nous permettrons à nos élèves de retourner à l’école en toute sécurité, sans que la pandémie soit relancée. Le succès de la rentrée scolaire du printemps dernier, qui a permis à des milliers d’élèves du primaire de retourner en classe, nous l’a prouvé de belle manière», écrit le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.
«En faisant confiance à nos experts de la santé publique et en respectant les consignes, nous permettrons à nos élèves de retourner à l’école en toute sécurité, sans que la pandémie soit relancée. Le succès de la rentrée scolaire du printemps dernier, qui a permis à des milliers d’élèves du primaire de retourner en classe, nous l’a prouvé de belle manière», écrit le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Lettre du ministre de l’Éducation aux parents à l’occasion de la rentrée scolaire

Jean-François Roberge
Ministre de l’Éducation du Québec
POINT DE VUE / Chers parents, depuis quelques jours déjà, vos enfants reprennent le chemin de l’école. Je sais que certains d’entre vous éprouvent des sentiments contradictoires quant à cette rentrée scolaire. Le fait de voir son enfant ou son ado retourner à l’école et retrouver ses amis après de longs mois à la maison peut susciter beaucoup de joie, mais aussi de l’appréhension, car bien que la situation se soit grandement améliorée depuis la fermeture des écoles en mars dernier, la pandémie reste bien présente.

Tout d’abord, je veux que vous sachiez que je vous comprends. Avant d’être ministre de l’Éducation, je suis père de deux merveilleuses jeunes filles. Nos enfants, c’est ce que nous avons de plus précieux. En tant que parents, nous voulons les protéger comme la prunelle de nos yeux.

Protéger nos enfants contre tous les dangers, c’est ce qui nous amène, de concert avec le réseau scolaire, à tout mettre en œuvre pour rendre possible la réouverture de nos écoles cet automne. Parce que si les dangers de la COVID-19 sont bien réels, les effets d’une fermeture prolongée des écoles sur le développement de nos enfants ainsi que sur leur santé mentale sont encore plus importants, comme l’ont rappelé à de nombreuses reprises, et à juste titre, l’Association des pédiatres du Québec et les différents experts du réseau scolaire. Nos enfants ont besoin de retourner à l’école. Ils ont besoin de retrouver leurs amis et de s’en faire de nouveaux.

Encore plus, ils ont besoin de rebâtir cette relation unique avec les enseignantes et les enseignants dévoués qui joueront un rôle crucial dans leur réussite éducative. Être à l’école, c’est aussi être en contact direct avec le personnel scolaire et s’éveiller à son contact. Je suis d’ailleurs convaincu que vous vous souvenez encore aujourd’hui d’au moins un prof qui a marqué votre parcours et contribué à forger l’adulte que vous êtes.

Chaque rentrée scolaire vient avec son lot de nouveautés. Cette année, ces nouveautés prennent notamment la forme d’un lavage régulier des mains, du port du masque dans les espaces communs pour les élèves du dernier cycle du primaire, du secondaire, de la formation des adultes et de la formation professionnelle, et d’une classe attitrée pour chaque groupe. Ces consignes sanitaires, élaborées conjointement avec le Dr Arruda et la Direction générale de la santé publique, nous permettront de prévenir la propagation du virus, tout en garantissant une expérience éducative des plus enrichissantes pour vos enfants.

En faisant confiance à nos experts de la santé publique et en respectant les consignes, nous permettrons à nos élèves de retourner à l’école en toute sécurité, sans que la pandémie soit relancée. Le succès de la rentrée scolaire du printemps dernier, qui a permis à des milliers d’élèves du primaire de retourner en classe, nous l’a prouvé de belle manière.


« Nous avons aussi besoin de vous, chers parents. Vous avez un rôle important à jouer pour motiver vos enfants, pour leur redonner le goût de l’école »
Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation du Québec

À l’école, vos enfants pourront bénéficier de tout le soutien nécessaire pour démarrer l’année scolaire en force. En vue de cette rentrée scolaire déterminante, nous avons porté à 100 millions $ nos investissements supplémentaires en services directs aux élèves. Ces investissements permettront aux écoles d’organiser plus d’activités de rattrapage et d’aide aux devoirs, d’embaucher plus de professionnels et de multiplier les suivis individualisés auprès des élèves qui éprouveraient des difficultés après cette longue absence de l’école.

Nous avons également libéré nos orthopédagogues, orthophonistes, psychoéducateurs et autres spécialistes de centaines de milliers d’heures de paperasse administrative. Nous aurons ainsi plus de ressources dans le réseau scolaire et celles-ci pourront se consacrer plus rapidement à ce qu’elles font de mieux: aider nos élèves.

En ces premiers jours, les enseignants, les professionnels et toute l’équipe scolaire ont des outils en main pour que vos enfants, peu importe leur situation, amorcent l’année scolaire sur des bases solides.

Comme vous le voyez, nous avons fait nos devoirs du côté du gouvernement. Je suis également très reconnaissant envers l’ensemble des acteurs du réseau scolaire qui, depuis des mois, déploient des efforts incroyables afin que tout soit en place pour accueillir vos enfants. Nous avons aussi besoin de vous, chers parents. Vous avez un rôle important à jouer pour motiver vos enfants, pour leur redonner le goût de l’école. Des gestes parfois simples, par exemple leur demander comment leur journée à l’école s’est passée et ce qu’ils ont appris, peuvent changer les choses.

Nous avons aussi besoin de votre aide pour sensibiliser vos enfants à l’importance de respecter les consignes sanitaires reçues par vos écoles. C’est avant tout par le respect de ces dernières que nous réussirons la rentrée scolaire.

Dans les prochaines semaines, si tout se déroule comme prévu et que la rentrée a peu d’effet sur le portrait épidémiologique, nous serons en mesure de proposer des assouplissements qui permettront aux écoles actuellement incapables de mettre en place leur offre habituelle de le faire. Ainsi, les programmes sport-études, arts-études, le sport interscolaire et les activités parascolaires qui n’auront pas pu être offerts dans certaines écoles dès la rentrée pourraient y être réintégrés pour permettre aux élèves de retrouver leur passion.

Or, pour y arriver, le respect des groupes-classes stables pour les premières semaines d’école s’avérera important. Il faut d’abord pouvoir identifier, isoler et contenir efficacement les cas qui vont inévitablement survenir. Voilà l’enjeu central en cette rentrée exceptionnelle.

Finalement, nous faisons appel à votre vigilance. Même si votre enfant réussit généralement bien à l’école, il se peut que le retour en classe, après des semaines de confinement, soit synonyme de défis pour lui.

Si vous ou votre enfant avez une condition médicale particulière et avez en conséquence opté pour l’enseignement à distance, vous devrez être encore plus attentif à ses besoins et vous assurer qu’il participe à ses classes virtuelles.

Dans tous les cas, si vous voyez que votre enfant semble éprouver des difficultés à son retour à l’école, joignez la direction sans attendre pour qu’une aide puisse lui être offerte rapidement.

Tous ensemble, nous réussirons cette rentrée scolaire hors de l’ordinaire, au plus grand bénéfice de vos enfants. Parce que leur réussite, c’est notre réussite à tous.

Bonne rentrée!