Les vraies affaires à la Chambre

Vous me voyez sidérée de voir que la Chambre de commerce de Trois-Rivières refuse d'organiser un débat entre les candidats qui se présentent à cette élection. De mémoire de femme, en effet, un tel débat a eu lieu à toutes les élections sans exception, tant fédérales que provinciales.
Je ne comprends pas l'argument de la Chambre à savoir que cela n'est pas dans son mandat. Alors pourquoi cette fois-ci? J'ai ma petite idée personnelle là-dessus, surtout en voyant l'empressement manifestée par le candidat libéral de Trois-Rivières à avouer qu'il ne voit «pas la nécessité de débattre devant la Chambre de commerce». Ce serait là pourtant une belle occasion pour lui de «parler des vraies affaires»...
Trop lourd à organiser, dit le président de la Chambre, à cause de la douzaine de candidats en liste? Je propose tout simplement qu'on demande à chacun des principaux partis des trois comtés couverts par la Chambre de désigner lequel des leurs sera à la rencontre afin de présenter leurs projets concrets pour notre région. Un simple débat à quatre, comme on a toujours connu à toutes les élections, et la Chambre poursuivrait ainsi la tradition immémoriale vécue chez nous et cela, en toute impartialité.
Pierrette Duhaime
Trois-Rivières