Le projet de colisée à Trois-Rivières au District 55.

Les citoyens de Trois-Rivières se mobilisent

Je nous invite, citoyens de Trois-Rivières, à nous mobiliser pour demander à notre conseil municipal de nous fournir un référendum nous permettant démocratiquement de nous prononcer sur le projet de la construction d'un nouveau colisée au coût approximatif de 55 millions $.
Par souci de transparence et d'honnêteté je vous mentionne les noms de quatre de nos conseillers municipaux qui méritent notre considération: Jean-François Aubin du district de Marie-de-l'Incarnation, Pierre-Luc Fortin du district des Estacades, Luc Tremblay du district de Châteaudun et Marie-Claude Camirand du district de Chavigny. Quant à monsieur le maire et aux douze autres conseillers, ma constatation est qu'ils carburent à l'éther. Voici notre conseil municipal 2017.
Des faits:
À Trois-Rivières, pas de subventions, pas ou peu de réparations de nos rues, de nos trottoirs;
À Trois-Rivières, nous avons de l'infiltration d'eau à la salle J.-Antonio-Thompson, une des plus belles salles du Québec. Pas de subvention pour une réparation du genre... c'est inquiétant;
À Trois-Rivières, nous avons trois piscines intérieures. Nous avons un club de nageurs, les Mégophias, et des nageurs du programme sports-études qui ont besoin de plusieurs heures dans la piscine pour leur développement. Nous avons des heures pour les différentes activités en piscine et pour tous les groupes d'âge des citoyens de notre ville. Tout ça fonctionne très bien;
À Trois-Rivières, nous avons six patinoires. Les installations sont plus ou moins âgées mais avec des glaces neuves et bien entretenues chaque saison. Nous n'avons pas d'équipe de hockey. Mes recherches me démontrent que chacune des glaces a beaucoup d'heures en disponibilité. Peut-être qu'il faut en fermer une, selon quelqu'un du conseil. C'est vraiment pas grave, il y a des heures disponibles.
Le projet de nos conseillers:
Un aréna, deux glaces, dans le projet du District 55, et selon monsieur le maire le prétexte est de ne plus faire rire de nous. Sérieux de même.
Un projet avec une subvention de 26 millions $ mais dont la dépense de construction sera de 55 millions $, peut-être 60 millions $, peut-être plus... on verra mais ce n'est pas grave. Au conseil de ville on a le pouvoir de taxation. Les conseillers ont voté à l'unanimité, 17 personnes, que c'est notre devoir de citoyen de payer. Un tel gaspillage et ce n'est que le début d'importantes charges pour nous citoyens.
Le maire a-t-il dans ses plans l'achat d'une équipe de hockey? Ça fait peur, n'est-ce pas?
Nous avons appris qu'en date du 31 mars 2017, le déficit d'opération du Colisée de Québec est huit fois plus élevé que la somme prévue, soit 5,3 millions $. Voici une preuve qu'un conseil de ville ça ne sait pas compter, c'est pas grave, on a le pouvoir de la taxation.
Laisser aller les choses comme elles vont aujourd'hui, c'est accepter une procuration illimitée dans notre propre compte de banque sans obtenir de valeur en échange. Nos maisons n'auront pas plus de valeur et nos comptes de taxes augmenteront beaucoup et indéfiniment.
Nous savons que les entreprises de construction importantes au Québec (4 ou 5 compagnies) ont été toutes nommées à la commission Charbonneau... et ce sera de notre compte de banque vers les comptes d'entreprises douteuses: de la collusion, de la corruption et des syndicats capricieux, c'est pas grave, nous avons le pouvoir de taxation.
Notre conseil de ville appelle ça du développement économique. Peut-être que le mot «vol des citoyens» serait plus approprié.
Merci d'aller vous exprimer sur ce sujet. Signons le registre à l'hôtel de ville de Trois-Rivières, du 24 au 27 avril de 9 h à 19 h, sans interruption, selon les informations reçues de la direction du greffe et des services juridiques de la Ville. 
Odette Gagnon
Trois-Rivières