Les chômeurs laissés pour compte

L’auteur, Pierre Blanchet, est coordonnateur du Mouvement d’action solidaire des sans-emploi (MASSE) des Chenaux.

À ce jour, les travailleurs et travailleuses saisonniers du Québec souhaitant utiliser les mesures d’aide annoncées lors du dernier budget fédéral pour pallier au «trou noir», c’est-à-dire à la période où ils ont épuisé l’ensemble de leurs prestations d’assurance-chômage avant que leur travail n’ait recommencé, se butent à un manque d’information et à des programmes provinciaux inadaptés ou carrément inexistants.

Le gouvernement du Canada annonçait pourtant en février qu’il investirait 10 millions de dollars (dont 6,5 millions $ pour le Québec) «dans le but d’offrir immédiatement un soutien du revenu et une formation aux travailleurs touchés» (par le trou noir). Par la suite, cela a pris un mois avant qu’une entente entre les gouvernements du Canada et du Québec soit annoncée. Depuis, plusieurs semaines se sont écoulées et on peine à savoir encore comment s’appliqueront les mesures qui seront mises en place. Les personnes qui peuvent ou auraient pu en bénéficier ont déjà, pour bon nombre d’entre eux, recommencé à travailler, sans avoir même été informées de l’aide qu’ils auraient pu avoir, et encore moins savoir comment y avoir accès. D’ailleurs, les renseignements expliquant les mesures disponibles pour les chômeurs et chômeuses victimes du trou noir sont difficilement accessibles, tant sur les sites internet des gouvernements du Québec et du Canada qu’auprès des fonctionnaires de ces gouvernements.

Sur le terrain, des personnes en chômage se sont rendues dans leur Centre local d’emploi pour avoir accès à ces mesures et se sont fait dire qu’aucune mesure n’était disponible parce qu’il n’y avait pas assez de personnes inscrites. L’information semble ne pas s’être rendue à temps aux fonctionnaires qui auraient pu renseigner et aider les gens. C’est tout comme si on voulait faire croire qu’on prend la situation des personnes sans emploi à cœur mais que, dans le fond, on met sur pied des mesures qui font bonne impression, sans toutefois qu’elles soient accessibles.

La situation est catastrophique pour les personnes qui ont terminé leurs prestations en janvier ou février, par exemple, parce qu’elles ont manqué de semaines de chômage. Ils se retrouvent avec plusieurs semaines sans revenu, avant que leur travail n’ait pu reprendre. Cette situation encore est pire cette année, dû au bas taux de chômage qu’on rencontre. Or, le taux de chômage est tout aussi virtuel que réel. En effet, celui-ci dépend du nombre de personnes qui sont en recherche d’emploi dans la population active (âgées de 15 ans et plus). Bien que bon nombre d’emplois sont disponibles actuellement, bon nombre de personnes ont cessé de chercher un emploi aussi pour diverses raisons: retraite, problèmes de santé, refus répétitifs et découragement face aux compétences exigées par le marché du travail, etc. Une population qui vieillit amène plus de gens à leur retraite et fait diminuer le taux de chômage. C’est donc dire que le taux de chômage actuel (de 5,2 % à Trois-Rivières et de 5,9 % pour le reste de la Mauricie) ne représente pas complètement la réalité.

Les solutions sont pourtant simples: offrir de l’aide financière d’urgence aux victimes du trou noir, abaisser le seuil d’admissibilité à l’assurance-chômage à 350 heures ou 13 semaines et offrir minimalement 35 semaines de prestations. Cela éliminerait le problème du trou noir une fois pour toutes et éviterait les problèmes liés aux contrecoups du calcul du taux de chômage sur leurs prestations.

Les victimes du trou noir ont besoin d’argent en ce moment! Des centaines de travailleuses et travailleurs saisonniers se retrouvent sans chèque. Leur situation est préoccupante. Plusieurs se sont endettés pour survivre. Nous avons demandé au gouvernement fédéral de mettre en place des mesures urgentes pour leur venir en aide. Malheureusement, ils ont décidé de pelleter le problème du trou noir aux provinces, tandis qu’il existait des solutions à court et moyen terme.