Le projet Vision zéro continue de faire beaucoup jaser à Trois-Rivières.

Les beaux principes de Vision zéro...

On peut dire que l’implantation de Vision zéro ne fait pas du tout l’unanimité chez les citoyens de Trois-Rivières. Le Nouvelliste du 22 janvier nous apprenait que la conseillère du district électoral des Forges, Mme Mercure, songeait à commander un sondage indépendant et scientifique concernant le projet Vision zéro.

Le même article nous apprenait qu’un sondage en ligne, parrainé par des citoyens, indiquait clairement que plus de 90 % des citoyens n’étaient pas inquiets de leur sécurité.

Dans un texte de Radio-Canada Mauricie publié le 20 novembre 2018, on peut lire que les coûts de ce projet pourraient atteindre environ 4,6 millions de dollars. Ces coûts approximatifs se retrouvent dans un document interne de la Ville de Trois-Rivières. Ce montant, ce sont les citoyens qui vont le payer.

On ne peut pas demander aux gens d’être contre la vertu, personne ne peut s’opposer à limiter des accidents et sauver des vies. La question à poser: est-ce que les frais encourus apporteront vraiment des améliorations au bilan routier?

Quelques études réalisées démontrent que le nombre d’accidents graves ou mortels a augmenté à la suite de l’implantation de ce type d’approche, en plus d’être un gouffre financier. Est-ce qu’une ville comme la nôtre a les moyens de prendre ce risque, semble-t-il mal calculé?

Les nouveaux membres du conseil municipal reprochaient au maire Yves Lévesque de prendre des décisions sans consulter la population. Ces conseillers allaient prendre une décision extrêmement coûteuse sans même en parler ou faire des consultations auprès des citoyens. Ces conseillers doivent apprendre la distinction entre des consultations et des séances d’information.

La conseillère du district électoral des Forges, Mariannick Mercure, est l’initiatrice de ce projet. Elle est déterminée à faire accepter ce projet. En réunion du conseil de Ville, lorsqu’un citoyen lui a mentionné que certaines études confirmaient l’échec de ce genre de projet, elle a mentionné que des centaines, puis des milliers d’études venaient confirmer le contraire. Est-ce qu’il y a vraiment eu des milliers d’études concrètes sur ce projet? Combien de villes ont adhéré à cette approche?

Mme Mercure a déposé récemment une résolution (et celle-ci a été acceptée à l’unanimité par le nouveau conseil municipal) autorisant le développement domiciliaire sur le Club de Golf des Vieilles-Forges. Ce projet fera passer environ 150 à 200 véhicules de plus quotidiennement sur la rue de la Sentinelle. Est-ce logique et surtout est-ce sécuritaire?

Notre petite rue en cul-de-sac mesure à peine six mètres de large deviendra la seule issue pour tous les résidents de ce nouveau développement résidentiel, en plus des résidents actuels ainsi que ceux de la rue de la Concorde. Au total, on pourrait estimer à environ 300 véhicules empruntant cette dernière avant d’atteindre une issue alternative sur la rue Grimard. Cela risque de prendre entre 15 et 20 ans.

Lorsqu’on demande à la Ville si une étude de circulation est prévue, on nous répond que non, «nous allons nous ajuster au fur et à mesure…». De l’improvisation totale, est-ce que c’est ça Vision zéro? On y retrouve ici tous les ingrédients pour créer des problèmes de sécurité: rue étroite, flot de circulation trop intense pour les infrastructures en place, mauvaise visibilité au coin Sentinelle et boulevard des Forges, et pourtant on accepte des projets comme celui-ci sans quelque étude digne de ce nom.

Mme Mercure, avez-vous pensé à la sécurité des citoyens de votre district électoral? Vous avez fait des sorties médiatiques en disant avoir gagné plusieurs points dans ce dossier et fait un travail extraordinaire. Je crois que vous l’avez échappé sur la sécurité. Un des points de la pétition, signée par 251 citoyens du secteur, qui a été déposée lors de la séance du conseil de ville du mois d’aout, recommandait que la rue de la Sentinelle ne soit pas l’accès unique au nouveau secteur. Le promoteur aménage une sortie sur sa propriété.

Vous avez obtenu un gain au niveau des véhicules lourds. Il n’en demeure pas moins que ce développement domiciliaire, à très haute densité, va engendrer, à coup sûr, des problèmes de sécurité routière. Vous nous laissez l’impression de vous en balancer.

En terminant, quand vous dites haut et fort que Vision zéro, c’est beaucoup plus que l’abaissement de la vitesse à 40 km/h, je dois vous dire que vous n’avez jamais aussi bien dit. Vous auriez dû appliquer, en priorité, vos beaux principes à notre rue et à notre quartier. Vos électeurs sauront l’apprécier.

Claudette Deshaies

Pierre Deshaies

Trois-Rivières