L'engagement citoyen fait progresser la société

Il n'y a personne de parfait. Il n'y a pas de parti politique parfait. Il n'y a pas de société parfaite. Il n'y a pas de démocratie parfaite. Si nous attendons que tout soit parfait et parfaitement à notre goût pour aller voter, nous n'irons pas.
Si les femmes avaient attendu des conditions idéales pour lutter pour leurs droits, le droit de vote pour les femmes n'existerait pas. Elles seraient encore sous la tutelle de leur conjoint et les droits qui leur sont reconnus actuellement par notre société n'existeraient pas. C'est l'engagement citoyen des femmes et des groupes de femmes qui a permis cela.
Si les travailleurs et les travailleuses avaient attendu des conditions idéales pour lutter pour leurs droits, il n'y aurait actuellement ni normes minimales du travail, ni classe moyenne, ni protection contre les abus et le chômage. C'est l'engagement citoyen des travailleurs et des travailleuses et de leurs organisations qui a permis cela.
Et nous pourrions continuer ainsi longtemps car derrière tous nos programmes sociaux et tous nos acquis sociaux, il y a eu des citoyens et des citoyennes et des groupes communautaires, syndicaux ou de femmes qui se sont engagés pour faire progresser notre société, des médias pour nous informer de ces enjeux, et des hommes et des femmes politiques qui ont proposé et voté des lois qui reconnaissent et protègent ces droits.
Si la commission Charbonneau existe aujourd'hui pour faire la lumière sur la corruption dans notre société, c'est parce que nous vivons dans une société démocratique, qu'il y a eu des médias pour nous informer des enjeux et qu'une pressionsociale s'est exercée pour obliger le gouvernement à la mettre en place.
Le fatalisme, le cynisme ou la morosité n'ont jamais rien résolu ni rien fait progresser, que ce soit au niveau individuel ou collectif. Au contraire, ils mettent en danger notre démocratie en laissant tout l'espace public à ceux et celles qui, au lieu d'être au service des intérêts de la collectivité, utilisent le mandat qui leur est confié à des fins personnelles.
Tout ce qui fait la démocratie: l'existence de plusieurs partis politiques, la tenue à intervalles réguliers d'élections libres et au scrutin secret, la séparation des pouvoirs judiciaire, exécutif (gouvernement) et législatif, la responsabilité des élus de rendre compte de leur mandat, de répondre aux questions des journalistes sur les enjeux sociaux et les décisions qu'ils prennent (ou ne prennent pas), la liberté de presse et d'information, la liberté de conscience et d'expression, la liberté d'organisation, le respect des droits des minorités, un État laïc mais respectueux des croyances religieuses, ainsi que la participation et l'engagement citoyen, tout cela contribue à vivifier la démocratie et à l'incarner dans notre société. Au contraire, toute attaque ou dénigrement contre l'un ou l'autre de ces aspects, contribue à l'affaiblir.
Le vote aux élections du 7 avril prochain n'est pas le seul geste politique à notre disposition, mais c'est un geste politique important. Si nous voulons continuer à vivre dans une société démocratique, cela devient un geste politique nécessaire.
Lisette Dionne
Au nom du Groupement pour la défense des droits sociaux de Trois-Rivières