Une mosquées

Le racisme et la montée de l'intégrisme

Je crois fermement que l'immigration est une source de prospérité pour le pays. La sélection des candidats pratiquée depuis toujours a fait en sorte que le Canada n'a pas eu à payer pour la formation de tous ces travailleurs qui arrivent ici à un âge où ils sont productifs et prêts à donner leur part d'impôts. C'est ainsi que des centaines de milliers de travailleurs, chacun dans son domaine, ont contribué au développement économique ou culturel et à la prospérité du pays. Il est normal que le Canada qui a tant reçu ait à son tour une sorte de compassion envers les désespérés syriens, irakiens ou afghans qui fuient la mort. Cet acte de compassion et de charité se doit d'être une priorité pour le gouvernement Trudeau.
Évidement, l'immigration et l'accueil de réfugiés ont des impacts sur certaines grandes questions sociales, sur notre conception des droits et libertés, de même que sur le vivre ensemble de façon plus générale.
Au Québec, le premier ministre Couillard revient à la charge et veut procéder à une vaste consultation ayant trait à la lutte contre «la discrimination systémique et le racisme» au Québec. Il est clair que par son inertie à imposer une charte de la laïcité, le gouvernement a frustré le peuple québécois et a suscité un grand malaise social.
Autrefois on parlait d'antisémitisme, de racisme, aujourd'hui c'est le discours sur l'islamophobie qui domine. En effet, devant l'inertie d'imposer un cadre pour le mieux vivre-ensemble, le gouvernement envoie un message de grande tolérance qui ouvre le chemin à des abus, laissant entendre par le fait même que les communautés musulmanes peuvent exiger et recevoir tout ce qu'elles veulent, ce qui crée un malaise très palpable parmi la population, en particulier chez les employeurs. L'embauche devient donc difficile! Alors, avec le bien-être social, les «allocations familiales» et les soins de santé, c'est la population québécoise qui assume un fardeau de plus en plus lourd. Le parrainage ne dure qu'un temps!
Or, par ses tergiversations, le gouvernement libéral du Québec a, semble-t-il, rendu un grand nombre de citoyens malades d'inquiétude. Et là, il se pose la question: pourquoi sont-ils malades de peur? Sait-il que la peur est contagieuse? Qu'elle mène souvent à la haine et au racisme? Le diagnostic est pourtant archiconnu. Depuis que le Coran s'est imposé historiquement comme le Livre de la Vérité, l'Islam alimente le Djihad. Cela signifie étendre les territoires musulmans au détriment des territoires régis par les non-musulmans. 
Comme les deux pôles de l'expansion islamique sont la migration et la conquête militaire, la première phase ayant trait au territoire est basée sur l'immigration et la natalité. Les islamistes savent que cette dernière est le point faible des pays occidentaux dont le Québec. Par une stratégie silencieuse, qui débute par l'établissement de communautés musulmanes, de plus en plus nombreuses qu'on appelle «Oumma», celle-ci mise sur le fait que leur majorité éventuelle dominera en fin de compte la minorité. 
Beaucoup de Québécois croient encore que l'immigration musulmane est essentiellement économique et vise la recherche d'une vie meilleure. Alors qu'en réalité, plusieurs ressortissants ne peuvent s'assimiler et devenir Québécois à part entière comme les migrants d'autres ethnies. Ils ne peuvent s'assimiler à des «kouffars», c'est-à-dire à des mécréants. Car la «Oumma» représente aussi une communauté de foi ou de valeurs musulmanes avec une vision hiérarchique du monde supérieure à celle du non-croyant. De là cette mentalité de celui qui est certain de posséder la vérité! Certes, pour la plupart des musulmans, cela veut dire simplement qu'il n'y a pas d'égalité entre tous les sujets. Mais pour les fanatiques religieux, soit les intégristes, la haine qu'ils portent aux autres croyances les conduit à un désir fort de vouloir changer les mentalités, parfois par la violence. Il s'agit donc pour cette catégorie de musulmans endoctrinés par des agents radicalisés, d'une immigration insidieuse, qui a pour objectif la transformation des comportements, des coutumes et des lois des sociétés d'accueil, dans le but de promouvoir l'islamisation.
En somme, assujettir la culture hôte afin d'instaurer la charia. Et toute tentative de résistance de la population «de souche» sera décriée comme une discrimination religieuse, voire du racisme. Et des initiatives seront prises à répétition, entre autres des procès pour diffamation ou des mesures plus radicales encore.
Pour terminer, je mentionnerai qu'il me semble primordial de mener une enquête sur ces agents radicaux opérant dans certaines mosquées et sur internet au service de l'impérialisme arabe; ils nuisent à l'intégration des migrants. Les investissements dans ces études seraient rentables à plus d'un titre. L'ignorance mène à la peur!
Roger Greiss
Shawinigan