Le pont Laviolette

Le pont Théodore Bochart?

C'est dur! À quatre-vingt-dix ans et deux jours, ce jeudi 3 novembre, j'apprends, en lisant mon Nouvelliste, que je ne suis pas né sur la bonne rue. Moi tant fier d'être né, d'avoir grandi puis diminué sur la rue, - pardon! l'avenue - Laviolette...
Ce nom serait une coquille vide, car ledit Laviolette n'aurait pas plus existé, ni moins, que sainte Halloween, Jésus de Nazareth ou Mathusalem. Il faudrait donc, au plus tôt, débaptiser notre élégant pont LAVIOLETTE, au risque de le fragiliser.
Et puis, moi qui ai cru en Marcel Trudel, Albert Tessier, Denis Vaugeois, Jacques Lacoursière, René Hardy, autant de grands historiens qui étaient donc dans les prunes! 
Ma vieillesse s'en trouve assombrie.
Jean Panneton, prêtre
Trois-Rivières