Le mode de scrutin et la démocratie

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Notre mode de scrutin repose sur la liberté et sur la démocratie. Beaucoup de monde n’a pas compris que la démocratie, en se basant sur le résultat des élections provinciales du 1er octobre 2018, est une valeur essentielle. 

Le taux de participation officiel est de 66,45 %, ce qui veut dire que 33,45 % des électeurs n’ont pas compris que la démocratie a un prix. Le gouvernement provincial du Québec doit trouver un incitatif pour intéresser les électeurs à remplir leur devoir de citoyen.

Une première mesure consisterait à offrir un crédit d’impôt à ceux qui vont aller remplir leur devoir de citoyen. Un crédit d’impôt non remboursable de 300 $ par année, par exemple. Vu que les élections ont lieu à tous les quatre ans, cela donnerait un crédit total de 1200 $.

Un autre moyen serait d’exiger une contribution pour compenser la non-participation à la vie démocratique. Le gouvernement pourrait créer une participation basée sur le revenu imposable, selon les quatre niveaux d’imposition: 10 $ de contribution à la démocratie pour le niveau A, 20 $ pour le niveau B, 50 $ pour le niveau C et 70 $ pour le plus haut palier d’imposition. Si on veut vivre en démocratie et que plusieurs personnes ne vont point voter, c’est ce qu’on peut envisager.

Invoquant la démocratie, plusieurs personnes font parfois des manifestations, généralement justifiées, mais la première manifestation que l’on doit faire est de se prévaloir de son droit de vote.

Les modifications proposées au mode de scrutin ne changeront rien à la participation électorale. Le problème doit être pris par une autre poignée si on veut augmenter le nombre d’électeurs qui exercent leur droite de vote.

Guy St Pierre
Louiseville