La course du cochon graissé à Sainte-Perpétue au coeur d'une controverse.

Le festival de la bêtise humaine

Le moins que l'on puisse dire c'est que l'appel au boycott du Festival du cochon de Sainte-Perpétue lancé par Georges Laraque soulève de nombreuses réactions.
D'abord, Michel Jutras, le directeur général de ce festival, avançait que ce divertissement, nécessaire à l'économie régionale, «est fait dans les règles de l'art». Puis, certains animateurs de radio, dont Pascal Guité, en ont aussi ajouté en prétendant qu'ils comprenaient mal la dénonciation faite par l'ancien hockeyeur puisque les porcs n'étaient aucunement maltraités pendant ces festivités.
Ces propos, tenus par des gens qui avancent que «tout est beau», sont d'autant plus surprenants lorsque l'on sait à quel point les porcs sont des animaux empreints d'une incroyable sensibilité et qu'ils réagissent tout autant que chacun de nous aux souffrances qu'on leur inflige.
Il est d'ailleurs faux de prétendre que ces animaux sont en forme après la course, comme le mentionne monsieur Jutras. Alors que ces animaux horrifiés sont poursuivis, bousculés et malmenés sous les cris des spectateurs, que l'on ne nous dise pas qu'ils sont inconscients de la peur qu'on leur inflige, du stress qu'on leur fait subir et des blessures dont ils sont victimes lorsqu'ils sont saisis et frappés sans aucun ménagement.
Cela tient carrément du mensonge dont le seul but est de donner bonne conscience aux spectateurs éventuels et de les inciter à assister à l'événement.
L'ensemble des arguments de monsieur Jutras est, du reste, très peu convaincant. Tenir un festival pour promouvoir l'économie d'une région, c'est bien, mais le faire au détriment du bien-être animal, ce n'est pas nécessaire. Encore une fois, l'argent prime sur le bien-être des animaux et perpétue leur maltraitance, comme s'il s'agissait d'êtres inanimés
.Pourtant, des organismes aussi réputés que Peta, Mercy for animals et Compassion in World Farming, qui se portent à la défense des animaux, ne cessent de démontrer à quel point ces activités festives causent de multiples blessures et des traumatismes aux animaux, et leur occasionnent même souvent la mort.
Georges Laraque a donc tout à fait raison de dénoncer cet événement et les personnalités publiques (Alexandre Barrette, Éric Lapointe, Marc Dupré, Les BB) qui s'y associent. Que ce soit pour ce festival ou pour toutes autres activités récréatives, les animaux ne devraient jamais être utilisés contre leur gré.
Monsieur Jutras parlait de se porter préférablement à la défense de nos aînés et de nos enfants plutôt que de celle des animaux. Dans ce cas, il vaudrait mieux interdire aux enfants l'accès à ce festival parce que les exposer à la maltraitance animale et leur apprendre à ne pas respecter l'intégrité et le bien-être des animaux est une bien mauvaise leçon à leur donner.
Alors, honte à vous, monsieur Jutras! Honte aux personnalités publiques pour qui seuls l'argent et la carrière artistique comptent, et honte également à tous ceux qui encourageront ce festival et la course du cochon graissé qui est certainement traumatisante, mais nullement divertissante pour les animaux eux-mêmes.
Sylvie Auger
Trois-Rivières