Le conseil municipal de Trois-Rivières se félicite d’une hausse de taxes de 2,75 % car il justifie essentiellement cette décision sur la base d’une aide additionnelle au transport en commun.
Le conseil municipal de Trois-Rivières se félicite d’une hausse de taxes de 2,75 % car il justifie essentiellement cette décision sur la base d’une aide additionnelle au transport en commun.

Le contribuable: un citron que l’on presse

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Un citron que l’on presse pour en extraire le plus de jus possible; voilà la définition du contribuable trifluvien. Le conseil municipal de Trois-Rivières se félicite d’une hausse de taxes de 2,75 % car il justifie essentiellement cette décision sur la base d’une aide additionnelle au transport en commun.

Mais le Conseil s’est-il demandé combien de Trifluviens ont vu leurs revenus augmenter de 2,75 % cette année, alors que le gouvernement offre à ses employés une augmentation de 7 % sur cinq ans? Majoration de taxes qui dépasse même le taux d’inflation de 0,75 %, donc absolument inexcusable à mon avis, parce que nous, les citoyens, devons payer des subventions et rembourser des dettes sans que nous ayons eu un seul mot à dire sur toutes ces dépenses. Budget, à ma surprise, adopté à l’unanimité! Même la pasionaria des Forges s’est docilement inclinée...

Par exemple, plus de 1,5 million $ annuellement chacun pour le Grand Prix et pour l’Amphithéâtre, près de 400 000 $ pour les Aigles, qui n’attirent régulièrement que moins de 1 % des Trifluviens. Ajoutons près de 7 millions $ l’an prochain pour un Colisée qui a coûté 54 millions $, alors que l’aréna Jean-Guy-Talbot aurait pu être restauré pour quelque 4 millions $, selon le rapport du vérificateur général. Avions-nous besoin d’un palais des glaces pour aller patiner ou amener nos petits enfants jouer au hockey sur la moitié d’une patinoire?

Et là, certains «visionnaires» du Conseil, supportés par des fanatiques du développement tous azimuts et admirateurs béats du dernier maire, poussent l’idée d’un club de la East Coast Hockey League! Mais combien de millions le promoteur MacDonald va-t-il demander à la Ville pour occuper le Colisée? Sachez en passant que le Canadien, auquel on veut attacher le projet, s’est défait l’an dernier de ses liens avec le Beast de Brampton (l’une des deux seules équipes canadiennes dans cette fameuse ECHL), car, selon les mots mêmes de leur décision: «Nous n’avons pas besoin de filiale dans ce circuit». Est-ce qu’un an plus tard, le Canadien aurait radicalement changé d’idée?

Pendant que j’y pense, savez-vous quel poste budgétaire de la Ville est le plus élevé et a bénéficié de la plus forte hausse pour 2020? Vous allez me dire le transport en commun. Eh bien non! Ce sont les loisirs, avec plus de 3 millions $, avalant près de 20 % du budget total! Et dites-vous bien qu’il y a beaucoup de cet argent qui va à toutes ces activités déclinées plus haut.

Jamais le Conseil n’a envisagé une baisse progressive des subventions à ces organisations dont les activités remportent à chaque fois, selon leurs promoteurs, un succès phénoménal; je pense ici au Grand Prix et à l’Amphithéâtre.

Et bien sûr, tout se tient, le troisième poste de dépenses le plus élevé: le remboursement de la dette, pour plus de 43 millions $. Savez-vous à quoi me fait penser notre situation? C’est exactement comme si je construisais un bloc à loyers, mais que je paierais des gens pour venir occuper mes appartements...

Des amis, qui connaissent mon intérêt pour la politique et qui me veulent sans doute du bien me disent: tu aurais dû te présenter. Ben oui, toi! Pour aller me faire arracher la tête par mes «collègues» du conseil, car ma première proposition, pas deux ans après avoir été élu, mais le lendemain même, aurait été de supprimer ces scandaleuses primes de départ que se sont accordées eux-mêmes les membres du conseil et qui font par exemple qu’un élu qui a touché un excellent salaire durant dix-sept ans et qui bénéficie d’un généreux fonds de pension de la Ville, parte subitement les poches pleines avec un quart de million en prime de départ...

Guy Godin

Trois-Rivières