Le choc culturel

Dans le passé, les Européens, nos ancêtres ont eu un choc culturel en côtoyant les Premières Nations en Amérique du Nord. Nos ancêtres étaient habitués de vivre sous des dictatures monarchiques, des régimes totalitaires basés sur l'inégalité et l'injustice.
Cette vision du monde a été bousculée par les contacts avec les civilisations des Premières Nations. Ils se sont aperçus que «l'autorité» chez les autochtones ne reposait pas sur la soumission et l'obéissance à une hiérarchie. Mais sur la liberté de discussion et la prise de décision collective, inspirée par la sagesse, dans un esprit de partager et de justice, dans la liberté, l'égalité et la fraternité.
Nos ancêtres et leurs descendants ont tellement apprécié les civilisations des Premières Nations, qu'ils se sont adaptés et métissés, mais surtout, ils se sont fusionnés à eux. 
De cette fusion est apparue une nouvelle nation. Dans la tradition orale, ce nouveau peuple fut appelé «les Canayens».
On a été accueillis comme des frères et soeurs par les Premières Nations. Elles ont été des alliées. Loin de nous chasser, avec une grande ouverture d'esprit, elles nous ont fait une place sur le territoire et ont partagé leurs connaissances.
Pour survivre, il aura fallu apprendre beaucoup de leurs manières de vivre. C'est eux qui nous ont accrochés au pays, ce sont nos racines, nos frères et soeurs. On pourrait dire qu'ils ont marqué «au fer rouge» notre propre identité et notre caractère distinct. Les Québécois, Québécoises, Canadiens et Canadiennes. On a tous un coeur amérindien, c'est notre esprit canayen.
Il y a trois ans, le 8 septembre 2014, on a eu un choc culturel en Mauricie. La Nation Atikamekw, cette nation pacifique, tenace et insoumise, a proclamé sa dignité humaine, par la déclaration de souveraineté d'Atikamekw Nehirowisiw sur le territoire de la Nitaskinan.
Aujourd'hui, on est à un carrefour, pour renverser la vapeur. C'est à notre tour d'être des alliés. Si on a du coeur comme peuple. Je m'adresse à chacun et chacune des Québécois, Québécoises, Canadiens et Canadiennes, sans violence, pacifiquement et démocratiquement, de signer avec fierté et maintenant le Pacte d'alliance avec la nation Atikamekw, que j'ai formulé. C'est une question de dignité humaine, autant pour eux que pour nous, donc voici le texte:
«Nous soussignés sommes contents et fiers de se réconcilier et de s'allier à la Nation Atikamekw Nehirowisiw et de reconnaître sa déclaration souveraine.
En tant que peuple québécois ou canadien, les civilisations des Premières Nations sont une partie majeure de notre identité et de son caractère distinct. Leur culture est intégrée à la nôtre. Ils sont nos racines, nos frères et soeurs.
Notre propre souveraineté, si elle veut être légitime, doit reconnaître la souveraineté légitime de la Nation Atikamekw et de sa gouvernance. C'est un incontournable, pour bâtir des relations saines, justes et équitables avec la Nation Atikamekw. Pour qu'elle s'épanouisse et nous aussi et qu'elle reprenne sa place sur l'ensemble du territoire de la Nitaskinan.»
Yves Donaldson
Trois-Rivières