L'aventurier Frédéric Dion et sa chienne Nanook passeront quatre jours dans des conditions extrêmes de survie, près du lac Mistassini.

Le chien n'a pas choisi, lui!

En voyant la photographie de Frédéric Dion sur la première page du Nouvelliste du jeudi 9 janvier, j'ai dit: «J'espère qu'il n'amène pas son chien!»
«Eh oui», m'a répondu mon conjoint. Sans être une fanatique défenderesse des animaux, je ne trouve pas acceptable qu'une personne responsable du bien-être d'un animal puisse l'exposer à souffrir.
Et si j'ai bien lu la suite, il songe à l'emmener 80 jours avec lui dans des conditions semblables en 2015. Ce n'est pas un chien habitué aux conditions climatiques du Nord, ce chien! Je n'éprouve aucune admiration pour ce genre d'exploit aventurier.
Jocelyne Perron
Batiscan