Le BAPE avant le BAPE pour le ProjetBécancour.ag

OPINION / L’auteur, Pierre Ducharme, est président du conseil d’administration de Développement économique Bécancour Inc. (DEBI).

Je m’exprime ici à titre de président du comité Développement Économique Bécancour Inc. (DEBI), un regroupement de bénévoles représentant les citoyens et le milieu du monde des affaires. Au cours des derniers mois, j’ai suivi avec intérêt les démarches soutenues d’un groupe d’hommes et de femmes œuvrant sous l’appellation Alternatives Bécancour.

À la suite de la parution de leur dernier écrit qui se retrouve dans cette section «Opinions» de notre quotidien régional Le Nouvelliste du lundi 27 mai, j’ai ressenti le besoin d’ajouter au débat qui m’apparaît jusqu’à ce jour à sens unique.

Par mon intervention, je pourrais me permettre de partager aux lecteurs une riposte en termes de chiffres et statistiques à certains des arguments publiés par «Alternatives Bécancour» et ce faisant, je viendrais définitivement offrir un appui favorable à la réalisation du ProjetBécancour.ag.

Plusieurs analyses en opposition aux dires d’Alternatives Bécancour me sont disponibles, mais plutôt je veux offrir à la population la question suivante: assistons-nous actuellement à une campagne de rejet sans appel d’une opportunité d’affaires et de création de richesse pour la communauté de Bécancour et sa région environnante, et ce, bien avant que la mouture finale du ProjetBécancour.ag ne soit disponible ou tout simplement, de par l’approche soutenue par Alternatives Bécancour, à la tentative d’un BAPE avant le BAPE?

Notre société consciente du besoin d’un mécanisme formel pour s’assurer de minimiser l’impact environnemental de nouveaux projets, a procédé à la mise en place d’un mécanisme d’examen méthodique et ordonné des composantes des dits projets, et ce, sous l’égide du Bureau des audiences publiques en environnement (BAPE).

Ici, je ne cherche point à limiter la liberté d’expression disponible à tous et à toutes, mais tout simplement à soutenir une approche constructive envers une entreprise qui a bien entendu les critiques qui ont été soulevées à la suite d’un exercice de partage d’information concernant le ProjetBécancour.ag.

Au cours des mois à venir, le BAPE offrira aux diverses parties prenantes l’opportunité de partager les différents points de vue que chacun et chacune choisiront de soutenir concernant l’impact de la mise en service d’une usine de production d’urée et de méthanol au sein du Parc industriel et portuaire de Bécancour.

D’ici au moment des consultations publiques, ne devrions-nous pas éviter de nous retrouver dans une situation où l’on pourrait croire que le processus du BAPE est déjà en cours?

Je ne peux croire qu’un BAPE avant le BAPE pourra offrir une juste réflexion exempte d’une forme d’aveuglement selon la position soutenue par ceux qui souhaitent ou s’opposent à la réalisation du ProjetBécancour.ag. S’il vous plaît, démontrons ensemble un peu de patience. L’opportunité de revoir l’offre finale nous sera disponible sous peu.

Opinions

Urgence Cloutier-du Rivage: un changement pertinent

OPINIONS / L’auteur, Dr Olivier Roy, est médecin et chef du département de médecine d’urgence pour le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

Il fut un temps où l’urgence Cloutier-du Rivage était essentielle à la population de Trois-Rivières. Il y a environ dix ans, 50 % de notre population n’avait pas de médecin de famille et peu d’endroits où consulter. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Actuellement, 88 % des résidents de Trois-Rivières ont un médecin de famille, les groupes de médecine familiale (GMF) se sont multipliés et le GMF-R (superclinique) a ouvert ses portes pour accueillir les personnes sans médecin de famille. La nouvelle clinique de proximité Cloutier-du Rivage, qui ouvrira ses portes en octobre, viendra selon nous compléter l’offre de service pour la population.

Opinions

À Trois-Rivières, une piscine n’est pas un caprice mais une nécessité

OPINIONS / En réaction à l’éditorial de Martin Francoeur intitulé «Et si on écoutait madame Normand?», publié dans notre édition du 18 septembre.

Merci de nous soutenir encore une fois dans nos revendications pour la construction d’une piscine municipale. Vos propos ainsi que ceux de madame Normand sont tellement justes.

Opinions

Vingt-deux heures d’attente avant de rencontrer un médecin

OPINIONS / Voici ce qui est arrivé il y a quelques jours à la salle d’urgence de l’hôpital de Shawinigan.

Une dame a attendu quelque 22 heures avant de rencontrer un médecin, soit durant la période du vendredi 13 septembre à compter de 11 h, jusqu’au samedi 14 septembre à 9 h. Quant à moi, je me suis présenté à l’urgence à 13 h. J’ai aussi attendu jusqu’au lendemain 9 h avant de rencontrer un médecin, soit une attente de 20 heures. Il en a été de même pour tous les autres patients qui ne présentaient pas une condition dite «critique».

Opinions

Une tribune locale pour parler d’international

OPINIONS / L’auteur, Daniel Landry, est vice-président du Comité de solidarité Trois-Rivières. Il s’exprime ici au nom des membres du conseil d’administration de l’organisme.

Le Comité de solidarité Trois-Rivières (CS3R) est implanté en Mauricie depuis près d’un demi-siècle (1973). Tout au long de ces décennies, il s’est efforcé de sensibiliser la population de la région à des enjeux planétaires cruciaux, de la dictature de Pinochet aux crises politiques en Haïti, en passant par l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1990 et la crise climatique actuelle. Par l’entremise de lettres ouvertes fréquentes, de la chronique «Le monde vu d’ici» publiée le samedi à chaque deux semaines, ou simplement par la couverture des activités menées par le CS3R, Le Nouvelliste contribue à informer la population sur l’actualité internationale et ses impacts sur le quotidien des gens de la région.

Opinions

Droit à l’avortement: une victoire toujours fragile

OPINIONS / L’auteure, Véronique De Sève, est vice-présidente de la CSN.

Trente ans après que les neuf juges de la Cour suprême du Canada eurent donné raison à Chantale Daigle qui souhaitait, à l’été 1989, avoir recours à l’avortement malgré une injonction de la Cour supérieure du Québec lui interdisant de le faire, il reste encore du travail pour faire reconnaître pleinement le droit fondamental et inconditionnel des femmes de pouvoir disposer librement de leur corps.

Opinions

Un parfum de croyance

OPINIONS / Chaque campagne électorale amène toujours son lot de sujets que les candidats n’auraient pas souhaité inviter. La campagne électorale fédérale en cours, n’y échappe certainement pas. Depuis 1992, alors que chez nos voisins du sud le candidat George H.W. Bush lors d’un débat présidentiel l’opposant à Ross Perot avait été incapable de répondre à la question «How much is a gallon of milk?» (Combien coûte un gallon de lait?), les journalistes sont constamment à la recherche de la question embêtante, la mouche dans le lait, le caillou sur le rail qui ébranle la préparation des candidats aux conférences et mêlés de presse. L’idée est bien sûr de prendre en défaut ces derniers et de les dépeindre comme étant loin ou déconnectés des préoccupations de gens «ordinaires».

La question piège de cette année a été habilement suggérée par nul autre que le premier ministre du Québec, François Legault lorsque qu’il a demandé aux candidats de s’engager à ne pas contester la Loi 21. Une habile question négative, car on le sait, celles-ci sont toujours plus embêtantes que les questions affirmatives. D’ailleurs, les avocats en général raffolent de ces questions à la double, voire triple négative qui, lorsque vient le temps de répondre génère chez l’interrogé le même niveau de stress qu’une partie de tennis dans un champ de mines: «Oui ou non, n’avez-vous pas prétendu que vous ne saviez pas qu’il n’était pas chez lui le soir du 27?» – vous voyez le genre.

Opinions

Le 18 septembre, je lis la science!

OPINIONS / L’auteur, Félix Maltais, est fondateur des magazines scientifiques Les Débrouillards, Les Explorateurs et Curium.

À quelques jours de la venue de l’inspirante Greta Thunberg, sous le slogan «Unite behind the science», et de la grève pour le climat, la troisième Journée nationale «Je lis la science», ce mercredi 18 septembre, est plus pertinente que jamais.

Le monde de Jean Isabelle

Le monde de Jean Isabelle

Opinions

Et si on écoutait madame Normand?

ÉDITORIAL / La lettre de madame Françoise Normand, publiée mardi dans ces pages, avait quelque chose de touchant. Cette octogénaire de Trois-Rivières, adepte de natation et de baignade, se demandait comment il était possible que la Ville refuse de se pencher sur un projet de piscine intérieure publique. Sa voix s’ajoute aux milliers de personnes qui ont déjà signé une pétition à cet effet. Mais la Ville ne souhaite pas aller plus loin. Et c’est bien dommage.

C’est quand même ironique ce qui est en train de se produire à Trois-Rivières. La construction d’un colisée de 4400 places se poursuit, au District 55, avec en prime un délai de livraison et des dépassements de coûts. On n’a encore aucune idée de l’utilisation mais on construit. On nous dit que ça va être bon.

Opinions

Il a «aussi» fait beau à Saint-Élie cet été!

OPINIONS / On parle beaucoup des nuages qui, selon certains, se sont installés en permanence au-dessus de Saint-Élie-de-Caxton.

Personnellement, j’ai eu le plaisir d’animer «Cap sur Saint-Élie», une émission radiophonique hebdomadaire sur les ondes du 103,1 FM, la radio de la MRC de Maskinongé. Treize émissions entre la mi-mai et le 2 septembre dernier, où j’ai reçu plus d’une vingtaine d’invités en entrevue. Des gens impliqués dans la communauté caxtonnienne.

Opinions

Il faut apprendre à parler et à écouter

OPINIONS / Ouin, 19 août, 12 h... ça va rester gravé en dedans. Je viens de recevoir l’appel. Tsé le coup de téléphone qui ne commence pas par: «Hey, salut! Comment tu vas?». Non, l’appel qui commence par: «Val assis toi svp, j’ai de quoi à t’apprendre.» Tsé ce genre d’appel, qu’à l’instant même où la personne au bout du fil ouvre la bouche, le plancher s’ouvre sous tes pieds, pis y’a pas de cave, juste du vide. L’appel que tu écoutes, sans vouloir l’écouter parce que tout se bouscule trop vite dans ta tête. Les mots que tu ne veux pas croire parce que tu lui as parlé y’a pas longtemps et elle te disait être bien. Le genre d’appel que les mots que tu entends te transpercent le cœur à l’infini pis dans ta tête, tu culpabilises déjà en te disant, mais pourquoi je n’ai pas vu ça? POURQUOI?

Pourquoi encore en arriver toujours à cette fatalité du suicide? Pourquoi les gens en arrivent là? Pourquoi ne pas aller chercher l’aide dont ils ont besoin? Pourquoi ne pas en avoir parlé? Je ne vous cacherai pas que moi-même j’y ai déjà pensé plus d’une fois et j’ai même essayé... J’ai osé appeler un soir, où ils étaient censés m’apporter de l’aide, m’aider à gérer ma crise, me calmer, me faire verbaliser, me donner des outils. Non, la femme au bout du fil m’a dit qu’elle ne savait pas trop quoi me dire, que c’était juste une bénévole et de me présenter à l’urgence! J’ai eu de la chance ce soir-là d’avoir un ami qui passait dans le coin, par hasard, et qui s’est arrêté chez nous. J’ai eu la chance d’être extrêmement bien entourée et d’avoir l’aide dont j’avais besoin.

Opinions

Une menace pour l’avortement

OPINIONS / Chez nos voisins américains, les anti-avortements sont parvenus à faire élire dans certains États des républicains partageant leur vue. Le résultat, on le connaît: une véritable régression pour les droits des femmes à disposer de leur corps. L’accès à l’avortement y est devenu encore plus difficile alors même qu’il était déjà ardu de trouver une clinique dans certaines régions.

On pourrait se dire que tout cela est loin de nous, mais c’est faux. Le droit à l’avortement est également menacé au Canada. En effet, le Parti conservateur entretient un double discours avec d’un côté, le lieutenant pour le Québec, Alain Rayes qui prétend ne pas vouloir rouvrir le débat et, d’un autre côté, son chef, Andrew Scheer, qui affirme vouloir laisser ses députés déposer un projet de loi pour interdire l’avortement. Autrement dit, un discours en français pour les Québécois et un discours en anglais pour les autres. Devinez lequel est le plus honnête!

Opinions

Des moyens pour relever nos défis

OPINIONS / L’auteur, Jacques Demers, est président de la Fédération québécoise des municipalités.

L’Accord de partenariat 2016-2019 avec les municipalités est maintenant venu à échéance et l’adoption des budgets municipaux pour l’année 2020 fait en sorte que les municipalités doivent rapidement connaître les paramètres dans lesquels elles évolueront au cours des prochains mois et années.

Opinions

La vente de feu a débuté et on brade notre patrimoine

OPINIONS / Oyez, oyez, bonnes gens! Nous tenons une grande vente de feu. Venez en grand nombre faire une offre, nous bradons nos églises au bénéfice des plus offrants.

Récemment notre quotidien Le Nouvelliste, toujours à l’affût de la nouvelle, nous apprenait que l’église Saint-Pierre de Shawinigan avait été vendue au prix miraculeux de 40 000 $ à un promoteur qui a l’intention d’en faire un musée. Le prêtre responsable de ce chef d’œuvre du patrimoine religieux régional a fièrement déclaré que nous étions devant un miracle. Personnellement, j’estime que c’est plutôt une tragédie, un véritable drame. Brader cette église qui possède 26 vitraux réalisés par Guido Nincheri, trois autels en marbre d’Italie et un orgue Casavant relève de l’inconscience, de l’ignorance et pourquoi pas de l’incompétence pure et simple. Un seul des vitraux vaut plus que la somme obtenue et il en est de même de chacun des autels et de l’orgue Casavant.

Opinions

Un spectacle qui doit être repris

OPINIONS / Manon Brunet, Julie Massicotte et Fabiola Toupin nous ont charmé avec leur spectacle «Les Trifluviennes arrivent en ville», samedi soir à l’Église St-James. Ce spectacle mérite d’être repris l’été prochain dans une plus grande salle. La maison de la culture serait idéale.

Raynald Héroux

Opinions

Des mercis pour les employés

OPINIONS / Le communautaire avec ses idéologies, son positivisme et ses utopies qu’on change le monde avec de l’amour est souvent discrédité pourtant nous réussissons depuis fort longtemps à changer le monde une action à la fois. Ce même communautaire tissé de gens est plutôt dénigré comme milieu de travail car les salaires y sont souvent plus bas, les conditions de travail moins avantageuses, les opportunités d’avancements plutôt minces. Ce qu’ils ne voient pas avec leur vision externe et les calculs monétaires c’est la force de notre milieu. Le côté humain est priorisé chez nous.

Je veux souligner aujourd’hui l’implication et l’investissement humain des employés de La Maison de la Famille de Trois-Rivières ainsi que les anciens qui encore aujourd’hui, en cas de forces majeures, tendent la main afin que l’amour de leur travail et du milieu porte fruits auprès des familles de notre organisme.

Opinions

Duplessis: plus grand qu’on le croit

OPINIONS / Maurice Duplessis est mort le 7 septembre 1959, il y a 60 ans. Je trouve que les Québécois sont profondément injustes à son endroit en associant inconsidérément son œuvre à la grande noirceur. À cette époque, en 1936 d’abord et de 1945 à 1959 ensuite, c’était le progrès. Pas dans tous les domaines, bien sûr, mais on peut qualifier les gouvernements de Maurice Duplessis d’époque des infrastructures. Construction d’hôpitaux, de collèges, d’écoles, de ponts, de routes etc… Quand il n’y a pas d’hôpitaux, il n’y a pas d’assurance santé. Quand il n’y a pas d’écoles, il n’y a pas de ministère de l’Éducation. La révolution tranquille n’aurait peut-être jamais eu lieu si on n’avait pas insisté sur la nécessité d’avoir les infrastructures nécessaires. Ça nous fait rigoler aujourd’hui mais à l’époque c’était toute une entreprise que d’étendre de l’asphalte sur des chemins de terre. «Il va ruiner la province» disait l’opposition.

Au plan social, il faut retenir le crédit agricole, rendre l’électricité dans les campagnes pour sortir ces gens du Moyen-âge. Mais le développement social n’a pas été la grande force de Duplessis. N’oublions pas que le Québec stagnait sous les libéraux qui à l’époque étaient au pouvoir depuis 40 ans.

Opinions

Agir ensemble!

OPINIONS / Une mobilisation pour le maintien des différents quotidiens et hebdos s’exprime dans de nombreuses régions du Québec. Elle vient canaliser le besoin vital pour les régions de posséder des leviers propres à leur territoire.

J’étais présent, comme tant d’autres, au 5 à 7 tenu au Musée POP mercredi dernier à Trois-Rivières. Nous sommes nombreux et nombreuses à avoir été touchés par la prise de parole de la présidente régionale de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) et journaliste au Nouvelliste, Paule Vermot-Desroches. Elle a traduit un attachement viscéral à ce quotidien. Ses envolées étaient touchantes, senties et interpellantes.

Opinions

Le Nouvelliste: un compagnon de vie depuis mon enfance

OPINIONS / Je lis Le Nouvelliste depuis 78 ans. À cette époque, je crois qu’il n’y avait pas d’abonnement. Mon père nous envoyait tous les jours acheter Le Nouvelliste au petit magasin – une sorte de dépanneur – de Madame Bouthillier sur la rue Haut-Boc.

Le journal, au début des années 40, coûtait trois sous! Incroyable!

Opinions

Le temps de se faire entendre

ÉDITORIAL / Assistera-t-on, à Trois-Rivières, à une autre levée de boucliers de citoyens qui n’aiment pas se faire dicter leurs comportements individuels? Après l’abaissement souhaité des limites de vitesse en zone résidentielle et les nouvelles dispositions concernant l’utilisation de l’eau potable, voilà que la Ville s’apprête à aborder la question des plastiques à usage unique. Il était grand temps.

La Ville de Trois-Rivières annonçait plus tôt cette semaine qu’elle tiendra une consultation publique sur les plastiques à usage unique. De nombreuses villes et municipalités ont déjà adopté des règlements en cette matière, principalement en ce qui a trait aux sacs de plastique.

Opinions

Les quotidiens participent à l’essor de la francophonie

OPINIONS / Les auteurs sont Jason Luckerhoff, professeur titulaire en communication à l’UQTR prêté à titre de vice-recteur à l’Université de l’Ontario français, et Linda Cardinal, professeure titulaire à l’École d’études politiques à l’Université d’Ottawa prêtée à titre de chargée de mission pour le développement de la recherche à l’Université de l’Ontario français.

Les arguments des défenseurs des quotidiens sont nombreux et convaincants. La réorganisation récente des quotidiens régionaux, qui a provoqué une réduction de postes de journalistes, n’aura pas été suffisante pour leur permettre de survivre en raison des revenus publicitaires en chute libre. Les grands joueurs américains des GAFAM, tels Facebook et Google, sont les principaux responsables de cette chute des revenus publicitaires. Le site web de La Presse estime que ces derniers accaparent «80 % des investissements publicitaires numériques». Une aide gouvernementale est donc réclamée pour financer une information de qualité.

Opinions

Les faillites des régimes de retraite du secteur privé: le Québec peut mieux!

OPINIONS / L’auteur, Jean-Claude Bernatchez, est professeur titulaire en relations de travail à l’Université du Québec à Trois-Rivières

Les régimes de retraite ont deux facettes: d’abord les contributions de l’employeur et des cotisants, ensuite, les prestations versées aux retraités. Dans une économie de marché, si les cotisations des salariés sont déterminées, les prestations seront variables. A contrario, si les cotisations sont variables, les prestations seront déterminées. Dans un régime «à cotisations déterminées», les prestations ou les rentes fluctuent selon les résultats financiers. Dans un régime «à prestations déterminées», les contributions de l’employeur et des cotisants fluctuent selon les aléas de l’économie. Ainsi, les rentes sont mieux protégées.

Opinions

Mon Nouvelliste, j’y tiens!

OPINIONS / Je ne peux m’imaginer la fin de notre journal Le Nouvelliste. Impensable! Inacceptable! Intouchable!

Notre quotidien, avec lequel plusieurs d’entre nous avons grandi, nous a toujours bien servis, que ce soit dans la grande Mauricie, mais aussi dans les régions de Bécancour et de Nicolet-Yamaska.

Opinions

Le Nouvelliste, ciment de notre appartenance au territoire

OPINIONS / L’auteur, Donald Martel, est député de Nicolet-Bécancour à l’Assemblée nationale.

Au fil des ans, Le Nouvelliste ne nous a pas seulement rapporté la nouvelle. En parlant avec constance et pertinence de ce qui se passe chez nous et des gens de chez nous, il a contribué à faire en sorte que les citoyens s’identifient à leur coin de pays. Le fait que nous nous sentions intimement liés au sort de notre région et la réalité même de ce sentiment d’appartenance dépendent dans une large mesure de la présence de notre journal. S’il n’y avait pas eu Le Nouvelliste, s’il n’y avait pas eu ce quotidien entièrement consacré à être le témoin de notre vie collective régionale, autant en Mauricie que dans Nicolet-Bécancour, ce sentiment d’appartenance n’aurait pas la même force que celle qu’on connaît aujourd’hui. Peut-être même n’existerait-il pas.

Opinions

Et si c’était pour le mieux?

ÉDITORIAL / L’annonce de la conversion de l’urgence du centre Cloutier–du Rivage en une clinique interdisciplinaire où les services seront principalement offerts par une équipe d’infirmières praticiennes spécialisées n’est pas une grande surprise. Et cette solution pourrait bien être ce qu’il pouvait arriver de mieux pour ce centre de services du secteur Cap-de-la-Madeleine.

Ça fait des années que l’urgence de Cloutier–du Rivage est maintenue sous respirateur artificiel. Heures d’ouverture réduites, périodes sans médecin de garde en saison estivale, manque de personnel chronique, fermeture en soirée pendant certaines périodes, détournement des ambulances vers le centre hospitalier régional: tous ces symptômes laissaient croire qu’un jour ou l’autre, on allait revoir l’utilisation de ce centre de services et, du même coup, déployer de façon différente les services offerts.

Opinions

Lecteur, consommateur et payeur

OPINIONS / Quand on affirme que les annonceurs épongent une partie importante du coût de l’information, on oublie que c’est finalement toujours le consommateur qui paye. Aucune entreprise, aucun gouvernement, aucun marchand ne fait de la publicité dans les journaux ou sur le Web en payant de sa poche les frais de sa pub. La facture est toujours refilée aux consommateurs.

Les lecteurs consommateurs d’informations peu importe les médias paient toujours en double: l’abonnement ou l’exemplaire du média en tant que lecteur, et, en tant que consommateur de tout ce qui se vent et s’achète, la publicité qui s’y trouve.

Opinions

Avoir cent-vingt-douze ans...

OPINIONS / C’est probablement l’âge que les teen et les vingtenaires me donneront si jamais cet article leur était lu. Les journaux écrits leur seraient plutôt inconnus. Méconnus? Dommage!

Parce que j’ai toujours cru qu’une démocratie doit être une démopédie constante et renouvelée. Une éducation de la population conviée à se prononcer de façon démocratique sur des sujets importants.

Opinions

En canot, depuis des générations!

OPINIONS / Au cours de la fin de semaine de la Fête du travail, des dizaines d’équipes de braves athlètes inscrits à la Classique internationale de canots sur le Saint-Maurice vont bientôt se lancer à l’assaut de notre rivière. Chacune et chacun des participants possède son histoire personnelle de pagayeur.

J’aimerais attirer l’attention sur celle exceptionnelle d’un des favoris de cette course, Samuel Frigon, passionné de ce sport d’endurance et de vitesse de course de canot long parcours depuis qu’il a 15 ans et qui se retrouve aujourd’hui, à l’âge de 23 ans, aux premiers rangs, parmi les meilleurs, après des années à pagayer sur les lacs et les rivières de la Triple Couronne, dont notre majestueux Saint-Maurice!