Dans une opinion publiée le 31 juillet, un lecteur plaçait dans une même énumération de mauvaises nouvelles les meurtres, les vols, les fraudes au gouvernement, les criminels libres grâce à l'arrêt Jordan, les guerres en Orient et aussi «les LGBT et leur Fierté gaie, malheureusement respectée par nos politiciens». L'auteur de la présente lettre lui répond, jugeant qu'il s'agit de propos homophobes.

L'apocalypse arrive en grande pompe à Trois-Rivières...

En réaction à la lettre de Liguori Leclerc intitulée «Il faut sauver notre civilisation», publiée dans notre édition du 31 juillet dernier.
Qu'on me permette de revenir brièvement sur un texte d'opinion intitulé «Il faut sauver notre civilisation», offert aux lecteurs de ce journal par un certain Monsieur Leclerc le 31 juillet dernier. Le texte en question faisait état du déclin de la civilisation occidentale, manifesté notamment par le taux de divorce, les crimes de toutes sortes, les églises qui se vident, les guerres, les violences et autres problèmes de notre monde. L'auteur concluait son texte en interprétant ces fléaux comme étant un signe de la venue imminente de l'apocalypse. 
Bien que ce ne soit pas la première fois qu'un prophète se lève pour annoncer l'apocalypse, ce dernier a parfaitement raison d'énumérer les signes de la fin des temps, parce que oui, notre «civilisation» est à l'agonie. Cependant, l'auteur a oublié de mentionner le signe par excellence qui montre l'échec et le déclin de la civilisation occidentale, conduisant l'humanité de manière inévitable vers la fin du monde.
Comme nous le savons, la civilisation occidentale est un ensemble culturel complexe constitué de valeurs et de croyances diverses, nourries par une série de révolutions humanistes, scientifiques, politiques, religieuses et sociales qui se sont succédé à travers les âges. Caractérisé par l'éducation, la réflexion critique, le respect des libertés fondamentales, le respect des individus dans leur diversité, un des objectifs poursuivis par cette «civilisation» pourrait se résumer à vouloir sortir l'humanité de ce qu'on appelait jadis l'obscurantisme médiéval.
Or, dans une société moderne comme la nôtre, où l'éducation est une norme sociale accessible pour la grande majorité de la population, il semble que l'obscurantisme soit en train de reprendre du terrain sur l'intelligence des hommes. 
Voilà donc le plus grave fléau qui guette notre «civilisation».
Qu'un homme puisse encore être capable en 2017, comme l'a fait M. Leclerc dans son texte, de comparer l'homosexualité avec un meurtre ou avec les «éternelles guerres en Orient», c'est là une preuve que la civilisation occidentale a échoué dans son projet d'éducation sociale.
Quand on voit un homme ayant de toute évidence reçu une éducation libérale chrétienne, basée sur l'amour et la charité, se permettre de publier des propos ouvertement homophobes dans un journal populaire, c'est ce qu'a fait M. Leclerc, on voit tout de suite que les lumières de la civilisation occidentale et de la civilité sont en voie de s'éteindre. 
Reprenant le titre du texte en question, oui, «il faut sauver notre civilisation», mais le péril n'est pas là où vous croyez cher monsieur. 
Quand un homme ose se cacher derrière «les dix commandements de Moïse» pour publier un texte qui encourage l'homophobie, on voit clairement le péril dans lequel notre «civilisation» se retrouve actuellement.
Tant que des hommes ou des femmes exprimeront des propos ouvertement homophobes ou racistes sur la place publique, il faudra que nous nous levions pour prendre la parole et dénoncer l'inacceptable, afin de défendre les idéaux de cette «civilisation» qui nous est chère. Liberté, respect, diversité.
Face à l'obscurantisme dans lequel certains voudraient que nous retournions, il faut faire preuve de vigilance, de ténacité et de compassion, et bien sûr se préparer en chantant, devant l'imminence de la fin du monde: maranatha, maranatha...
Carl Déry 
Trois-Rivières