La vie est belle

Oui, la vie est belle, mais cela dépend pour qui.
Imaginez nos «pauvres» néphrologues qui ont plus de deux mois de vacances et ferment leur bureau pour aller savourer de bons moments. Pendant ce temps, les malades affluent et se heurtent à une porte fermée. 
Ils ne peuvent laisser aucun message sur le répondeur de nos chers professionnels de la santé. Un message enregistré sur la boîte vocale dit aux patients de consulter leur médecin ou de se rendre à l'urgence. 
C'est ainsi, semble-t-il, que nous désengorgeons nos urgences et démontrons notre empathie envers les malades au Québec. Bravo et merci! On ne peut qu'applaudir le ministre de la Santé...
Luc Benoît
Trois-Rivières