Michel Angers, maire de Shawinigan.

La transparence, un élément clé

Personne n'est contre la création d'emplois à Shawinigan.
L'histoire industrielle de Shawinigan nous apprend qu'il faut éviter les erreurs du passé.
La prospérité de Shawinigan des années 40 à 60, c'était merveilleux mais les industriels de l'époque ont pollué abondamment la ville (sol, air, rivières et lacs). Ils sont partis et ce sont les gouvernements provinciaux et municipaux (nos taxes) qui doivent dépolluer tous ces anciens sites industriels au Québec.
De nombreux ouvriers ont souffert de maladies industrielles. Les dossiers au Centre de santé et de services sociaux de l'Énergie seraient probablement en mesure de nous raconter des histoires d'horreur.
Les Shawiniganais et Shawiniganaises ont raison d'être prudents, surtout avec une administration municipale qui a la fâcheuse réputation de ne pas être transparente dans plusieurs dossiers.
La transparence est ici un élément clé pour rendre le projet acceptable auprès des gens de Shawinigan. Il est vrai qu'il faut avoir l'approbation de différents organismes gouvernementaux qui ont pour rôle de protéger la santé de la population et son environnement.
Il est du devoir de la compagnie Nemaska Lithium de démontrer que les exigences environnementales seront respectées à Shawinigan, comme elle le fait actuellement en consultant et tenant au courant la population crie de la Baie James, via le Comité d'examen des répercussion sur l'environnement et le milieu social (COMEX) de cette région.
Monsieur le maire, le vieux trou à Grand-Mère [sic] est aussi important que le centre-ville de Shawinigan. Les emplois sont les bienvenus et aussi la protection de l'environnement pour les deux secteurs de Shawinigan.
Michel Goulet
Shawinigan
Secteur Lac-à-la-Tortue.