Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois lors du congrès de QS en fin de semaine.

La terre n'a pas fini de trembler

J'ai lu avec intérêt le commentaire d'Yves-François Blanchet dans Le Nouvelliste du 23 mai et intitulé La terre a tremblé au sujet du contexte électoral à environ 18 mois des élections générales au Québec. Pour lui répondre en tout respect, disons que d'ici là, la terre n'a pas fini de trembler à coeur de journée...
Par exemple, chez les Libéraux au pouvoir, il n'a sûrement pas été réjouissant de constater la montée subite dans les récents sondages de la CAQ alors qu'on était allé, dans les dernières années, chercher plusieurs de ses éléments comme par exemple Gaétan Barrette et Dominique Anglade.
On peut penser qu'une offensive de renouveau se prépare de ce côté-là avec non seulement des baisses d'impôts mais surtout l'arrivée de nouvelles figures parce qu'il est dit dans les coulisses que le Parti libéral n'a jamais compté sur des députés et une équipe ministérielle aussi faibles qu'à l'heure actuelle.
Est-ce parce que Philippe Couillard n'inspire pas suffisamment? Bien que celui-ci soit bien en selle (qui pourrait le remplacer au pied levé?), le premier ministre devra se montrer plus nationaliste qu'il ne l'est, question de flatter le côté «identitaire-mais-pas-trop» de nombreux Québécois.
Après le coup de la Banque d'infrastructures qui s'en va à Toronto (gracieuseté de monsieur Justin), pourquoi ne pas en instituer une à Montréal en lien avec la Caisse de dépôt? C'est en tout cas, quelque chose dont on parle...
Par ailleurs, les talents indéniables de Jean-François Lisée dans les débats seront à surveiller dans les prochains mois, lui qui a un peu montré profil bas depuis que la convergence avec Québec solidaire (à laquelle il a cru sincèrement) était dans l'air. Tout ça l'aura pénalisé comme le laisse aussi entendre monsieur Blanchet dans son commentaire.
Autrement, le parti Québec solidaire a été entraîné par les plus mordus de ses militants dans un gouffre tel que ni Gabriel Nadeau-Dubois ni Manon Massé ne vont réussir à le sortir. Le moment venu (c'est-à-dire aux élections de 2018), je vous invite à prendre des gageures avec vos entourages respectifs sur le nombre de députés qui seront élus pour QS; trois?, quatre? Pas plus.
La CAQ? Force est de suggérer que sa récente montée dans les sondages n'est en fin de compte qu'une éclaircie passagère. On peut bien se donner Legault, comme celui-ci le suggérait lors de sa dernière campagne électorale, mais le chef n'a pas véritablement d'équipe et son programme serait le même que le parti qui est déjà au pouvoir.
Réjean Martin
Trois-Rivières