Le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère.

La nouvelle carte électorale: un manque de respect 

C'est avec une grande stupéfaction que plusieurs citoyens de la Mauricie de toutes allégeances politiques ont pris connaissance du second rapport de la Commission de la représentation électorale. Celui-ci, en plus d'annoncer la disparition du comté de Saint-Maurice, propose un redécoupage sans se soucier des communautés naturelles, l'un des deux principes sur lesquels repose une modification de la carte électorale avec celui de l'égalité du vote des électeurs.
D'ailleurs, en s'appuyant uniquement sur le principe de l'égalité du vote, avec ses 213 539 électeurs, la Mauricie pourrait conserver ses cinq circonscriptions avec une moyenne de 42 707 votants ce qui est très au-dessus du seuil minimum requis par circonscription de 36 290 votants. La loi électorale permet un écart de 25 %.
La Commission a préféré de faire disparaître une circonscription où il serait mathématiquement facile de justifier son «déménagement» en périphérie de Montréal. Pour citer son second rapport, elle affirme que «les préoccupations économiques des électeurs ne sont pas dans son mandat»?! 
Tous en région admettent que la Mauricie a besoin de tout le poids politique possible pour faire face à ses défis. 
Plusieurs citoyens font peu de cas de leur poids électoral, ce qu'ils veulent c'est «parler à leur député». Les associations et organismes veulent que leur représentant «vienne les voir». Quant aux entreprises, municipalités et institutions, elles veulent que «leurs dossiers se règlent». C'est simple non, mais pour bien y arriver, la délimitation des circonscriptions doit être respectée les communautés naturelles.
Pourtant lors des audiences publiques, la Commission a bien compris que c'était absurde de joindre Shawinigan-Sud au comté de Maskinongé, mais elle a corrigé le tir par d'autres aberrations prouvant que pour elle, le respect du principe de communautés naturelles lui importe peu. 
Elle a préféré une vision technocratique et mathématique proposant un redécoupage à quatre circonscriptions reposant uniquement sur le principe de l'égalité du vote. La preuve étant qu'en observant le rapport, on se rend vite compte que le nombre d'électeurs suggéré par comtés est étonnamment identique. 
Je crois qu'il n'y a aucune presse à modifier le statu quo en Mauricie. Respectons nos citoyens et nos communautés naturelles en espérant que d'ici mardi prochain, nous nous retrouverons avec une carte électorale à cinq comtés pour notre région. 
Louis-Maxim Toutant
Trois-Rivières