Ce secteur doit forger sa propre identité et ne pas chercher à copier une autre zone commerciale, estime le conseiller municipal, Pierre-Luc Fortin.

La mobilisation pour le bas du Cap doit être forte

En réaction à la lettre d'opinion de Mme Line Genest intitulée «Le mutisme des conseillers de l'est», publiée dans notre édition du jeudi 15 juin.
Le conseiller du district des Estacades, Pierre-Luc Fortin, est préoccupé par l'avenir du bas du Cap. Il répond ici à la lettre d'opinion d'une citoyenne inquiète.
Madame Genest,
Étant moi-même un conseiller municipal de l'est, et votre conseiller municipal dans le district des Estacades, permettez-moi d'offrir un autre éclairage sur la revitalisation du bas du Cap.
Je vous dirais que même si ce n'est pas dans mon district, j'ai vraiment à coeur comme vous la revitalisation du bas du Cap et chaque fois que j'en ai l'occasion, je travaille en ce sens depuis le début de mon mandat, tout en collaborant avec la conseillère du district du Sanctuaire, Sabrina Roy, qui met beaucoup d'efforts pour ce secteur.
Pour ce qui est du maintien de l'urgence au centre Cloutier-du Rivage, j'ai également fait des pressions. Étiez-vous au courant qu'il y aura un événement pour souligner le 25e anniversaire des Amuseurs publics? On m'a contacté, puis mes collègues de l'est et moi n'avons pas hésité une seconde à appuyer cet événement. 
Les conseillers de l'est ont également contribué à ramener le marché de Noël au Sanctuaire. S'ajoutant à Noël en lumières, ce site est devenu un incontournable du temps des Fêtes.
En matière de revitalisation des artères commerciales, je vous comprends d'être nostalgique de l'organisme Rues principales. J'y ai moi-même travaillé alors que j'étais étudiant.
À mon avis, ce secteur doit forger sa propre identité et ne pas chercher à copier une autre zone commerciale. Depuis deux ans, je travaille avec Sabrina Roy sur un projet qui, nous l'espérons, permettra à plusieurs PME de se développer dans ce secteur. Le sondage sur le bas du Cap qui a circulé depuis peu dans les médias sociaux est en lien direct avec ce projet. 
Je comprends, Madame Genest, que vous souhaiteriez nous voir plus souvent monter aux barricades, notamment par le biais des médias; j'y vais à l'occasion, mais ça ne peut pas toujours se jouer sur cette scène.
Enfin, pour qu'un secteur comme celui-ci se revitalise, il faut évidemment que les conseillers concernés se mobilisent, et particulièrement ceux de l'est. Mais à eux seuls, actuellement, ils ne forment que six conseillers sur seize, plus un maire. On peut prendre des initiatives, pousser sur des dossiers, mais plus la mobilisation sera forte, meilleurs seront les résultats. 
Pierre-Luc Fortin
Conseiller municipal
District des Estacades