Six membres de la communauté musulmane de Québec ont été tués dans un attentat dans une mosquée de Sainte-Foy, le 29 janvier dernier.

La fierté d'être Québécois

Ces affreux événements à caractère racial qui viennent de survenir chez nous s'avèrent, bien sûr, une épreuve.
Une épreuve dont nous aurions pu nous passer, n'est-ce pas?
Peut-être aurait-il fallu simplement, au cours des dernières années, nous rappeler fièrement que nous existons, nous les Québécois de souche, ces parlants français majoritaires et fiers d'occuper le territoire...
Qui plus est, les Québécois en général sont accueillants. Là n'est pas le problème. Au cours des derniers jours, plusieurs ont relayé sur Facebook les paroles de la chanson Mon pays de Gilles Vigneault qui disent à tous les hommes de la terre que notre maison peut être la leur.
Mais nous devons comprendre aussi que les Québécois sont généralement réfractaires aux religions, à la pratique religieuse. Comme l'avait noté la Commission Bouchard-Taylor, nous avons hérité de cette hostilité (n'ayons pas peur des mots) en raison de notre passé catholique qui était si proche, on le sait, de l'obscurantisme.
Si bien qu'aujourd'hui, le pratiquant ou la pratiquante nous paraissent anachroniques; «pas rapport» comme on dit dans le langage populaire.
Bien plus, nous sommes agacés par le port de signes religieux.
Par exemple, je crois que nous furent nombreux à être indisposés quand en 2015, on a laissé, pour devenir citoyenne canadienne, une Pakistanaise d'origine prêter serment en portant un niqab...
Alors, personne ne pourra me convaincre qu'il n'est pas important de se doter au Québec d'une sorte de charte des valeurs qui balise notre vivre-ensemble...  
Réjean Martin
Trois-Rivières