La Ville de Trois-Rivières a retenu les services d'un biologiste afin de faire la lumière sur l'échec de l'ensemencement de près de 2000 poissons dans l'étang du parc Pie-XII à Trois-Rivières.

La Fête de la pêche tourne en queue de poisson!

Les «anges et l'Évêque» étaient très déçus de revenir bredouilles de leur partie de pêche, organisée par Pie XII, suite à l'échec de l'ensemencement des truites.
À Trois-Rivières, la Ville tentait alors de comprendre ce qui se passait dans la barboteuse, en annulant tout bêtement le rendez-vous annuel proposé par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.
Pendant ce temps, à Shawinigan, les pêcheurs profitaient de l'invitation de Saint-Maurice pour taquiner à qui mieux mieux les milliers de frétillantes truites ensemencées pour la Fête de la pêche.
L'échec de l'activité, à mon avis, n'est pas tant la mort subite des poissons mais plutôt l'inertie des «Angers-Lévesque» à proposer une alternative; un «plan B»!
Plutôt que d'essayer de comprendre ce qui se passait (on fera cela plus tard!), là, à ce moment précis, il fallait «jeter un coup de ligne» au maire de Shawinigan (ou vice versa) et procéder rapidement à l'application du «plan B». Là, nos maires auraient réalisé un beau coup de filet!
Imaginez! Les «Angers-Lévesque» invitant Pie XII à la pêche miraculeuse de Shawinigan!
Le peuple aurait certainement mordu à l'invitation de circonstance et, plus encore, à l'idée d'embarquer dans la chaloupe (dans la navette) faisant des allers et retours aux heures entre Trois-Rivières et Shawinigan, pendant la durée de la Fête.
Le plaisir d'un «voyage de pêche», l'échange culturel entre voisins, la découverte pour plusieurs d'un nouveau milieu, les retombées économiques...
Mais... non! Nos maires sont demeurés «pêcheurs à la ligne morte»!
Hélas! L'odeur de poisson... n'est pas que chez Pie XII et les anguilles ne sont pas toutes sous les roches!
Jean Paquette
Trois-Rivières