La COVID n’aura pas raison de la musique au Séminaire Saint-Joseph!

OPINIONS / D’un peu partout, j’entends des histoires d’écoles qui pour se simplifier la vie, décident d’uniformiser les choix d’options artistiques de leurs élèves.

La musique étant le plus souvent la laissée-pour-compte. Tous feront des arts plastiques, beaucoup moins compliqué comme ça! On passe à un autre appel. Triste.

Je suis enseignant en musique et heureusement, j’enseigne dans une école qui pense autrement et j’en suis plus que fier. L’équipe de gestion s’est drôlement compliqué la vie. Elle a convenu d’investir des sommes d’argent supplémentaires, créer des groupes hors de l’ordinaire, etc. Sans compter les heures de travail impossibles passées à se casser la tête pour respecter les choix des élèves dans tous les autres domaines. Finalement, tous les musiciens de l’école pourront faire de la musique cette année. Bravo!

Je sais que plusieurs de mes collègues enseignants à travers le Québec se font dire de prendre leur mal en patience. Pendant ce temps, des centaines de jeunes musiciens en devenir abandonneront, pire, n’auront pas la chance de commencer cette discipline artistique. Je suis chanceux, j’enseigne là où il y a des M. Leblanc qui, derrière leurs bureaux de directeurs déclarent: un musicien, ça a des cours de musique à son horaire! Mon Dieu que c’est réconfortant comme enseignant, comme parent, comme musicien, comme citoyen d’entendre ça!

Au nom de tous ces jeunes musiciens à qui j’enseigne, merci! Fierté!

William Lévesque
Enseignant en musique
Séminaire Saint-Joseph
Trois-Rivières