La balle est dans le camp du conseil de Lac-aux-Sables

Lettre au maire de la Municipalité de Lac-aux-Sables, Jean-Claude Tessier.
J'ai construit un chemin de remplacement du chemin Sainte-Marie d'une longueur de 2,3 km et d'une largeur de 20 mètres (environ 66 pieds) avec mon voisin et ami, M. Rénald Savard.
J'en suis très fier parce que c'est le plus beau chemin du comté, mais surtout parce que c'est ma bonne action (b.a.) qui protègera la vie des usagers, leur évitant des accidents et des noyades dans le lac, celle des résidents surtout de leurs tout-petits, toujours en danger d'être écrasés et celle des villageois qui y circulent et boivent l'eau du lac.
Diverses rumeurs courent au village quant à votre proposition et à la mienne relatives à ce chemin. Je vous ai déjà mentionné la mienne plusieurs fois, mais pour plus de clarté, voici mon offre.
Je suis prêt à donner à la Municipalité le kilomètre de ce chemin tel que construit sur mes terres à la condition expresse suivante: 
• que la Municipalité ferme complètement et définitivement (aux autos, tout-terrains, vélos, piétons ou autres) la partie du chemin Sainte-Marie se trouvant sur mes lots et m'en reconnaisse la propriété.
Toute demande ne respectant pas cette condition sera refusée, qu'elle soit faite par résolution du conseil, par pétition, par référendum, ou autrement. Et elle sera refusée longtemps vu que pour plus de sûreté, je vais bientôt donner instruction à mon notaire d'inscrire sur mes terres une servitude exigeant le respect de cette condition par tout propriétaire de mes terres après mon décès. L'éternité c'est long, surtout vers la fin!
En plus des raisons sommairement exposées dans ma b.a., j'ai construit le chemin de remplacement pour que mes cinq enfants et douze petits-enfants soient chez eux, partout chez eux. Le but de ma b.a., c'est d'aider les autres et non de nuire à ma descendance. Rares sont les municipalités qui refuseraient un tel don de la part d'un citoyen qui a payé la majorité des coûts de ce chemin en plus d'y avoir consacré l'équivalent de trois ans complets de sa vie.
Monsieur le Maire, soyez bien à l'aise, si votre conseil refuse la condition de ce don, nous resterons en bons termes et la circulation continuera dans le chemin Sainte-Marie. Je n'ai aucune urgence à faire ce don et mes héritiers également.
Denis Sirois
Lac-aux-Sables