Un cas de pyrrhotite à Saint-Boniface en processus de réparation.

Inondations versus pyrrhotite

J'admets que les problèmes causés par les inondations sont une catastrophe. Je suis heureuse pour les sinistrés que le gouvernement leur vienne en aide.
Par contre, les personnes touchées par les problèmes de pyrrhotite vivent également une catastrophe et ne reçoivent pas l'aide que les victimes d'inondations reçoivent. Dans les dossiers de pyrrhotite, le montant maximum reçu est de 75 000 $. Contrairement à ce que les gens croient, ce n'est qu'un prêt qui devra être remboursé si SNC-Lavalin perd finalement en cour après toutes leurs demandes d'appel. De plus, nous devons nous joindre à un recours collectif qui fait en sorte qu'en fin de compte, nous avons des frais d'avocats qui réduisent le montant de 75 000 $.  
Les deux paliers de gouvernement ont décidé d'un maximum qu'ils verseront en aide aux victimes de pyrrhotite. Déjà des milliers de personnes sont touchées. Comme le test de pyrrhotite coûte entre 3000$ et 4000$, il y a beaucoup de personnes qui sont dans l'impossibilité de faire cette dépense. Le gouvernement devrait au moins donner un crédit d'impôt. Cela permettrait d'avoir un aperçu plus réaliste de la quantité de maisons touchées par le problème.  
Si dans cinq ou dix ans, il se produit encore des inondations semblables, est-ce que le gouvernement va encore rembourser les dégâts des victimes? Concernant la pyrrhotite, nous savons que les travaux à effectuer ne surviennent qu'une seule fois. À part M. Trudeau, nous n'avons pas vu de politicien venir mettre sa main dans les craques de ciment des solages effrités dans la région. C'est moins spectaculaire que de venir se promener avec des bottes d'eau dans les rues inondées.
Je souhaite bon courage à toutes les personnes victimes des inondations, mais également à toutes celles victimes de la pyrrhotite qui demeurent dans l'ombre.
Christiane Bacon
Shawinigan