Le boulevard Sainte-Madeleine, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Il est temps de s'atteler à la tâche

En réaction à l'éditorial de Martin Francoeur intitulé «Le bas du Cap à l'abandon», publié dans notre édition du 7 juin.
Bravo à vous, Martin Francoeur, d'avoir montré la vraie réalité de la fonction commerciale du bas du Cap. 
Je suis un citoyen qui habite au bas du Cap depuis plus de 45 ans, je suis très engagé dans plusieurs organismes, j'ai travaillé 36 ans au centre hospitalier Cloutier et je m'implique également comme bénévole au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
Je pense qu'il est temps, pour tous les intervenants des milieux économique et politique, de se parler afin d'élaborer un plan d'action concret. 
Je connais beaucoup de commerçants, et moi-même, qui sommes prêts à nous atteler à la tâche pour un plan d'action urgent dans le bas du Cap.
Guy-Paul Magny
Trois-Rivières