Le plus difficile, à Trois-Rivières, semble être de faire appliquer les règlements en vigueur en ce qui a trait à la circulation. L’interdiction des motos dans le tunnel du parc portuaire est un exemple que cite l’auteur de ce texte pour faire écho aux récentes initiatives concernant les traverses donnant priorité aux piétons.

Ignorance, méconnaissance et nonchalance

OPINIONS / En réaction à l’article intitulé «Trois-Rivières: la priorité aux piétons difficile à faire respecter», publié le 4 juillet dernier.

Un article paru récemment laisse penser que la priorité aux piétons sur les traverses identifiées est une réglementation nouvelle qui date d’un an. Je suis bien content de constater que la police de Trois-Rivières vient de découvrir ce règlement qui a été renforcé l’année dernière mais qui était en vigueur depuis des lustres, inappliqué car ignoré des forces de l’ordre. Ce ne sont pas les piétons qu’il faut sensibiliser mais bel et bien les policiers qui ne connaissent pas les lois.

J’avais eu le même constat d’ignorance lorsqu’il y a trois ans j’avais personnellement, et à plusieurs reprises, interpellé les services de police afin qu’ils interviennent auprès des motocyclistes qui empruntaient le tunnel de la rue du Fleuve au centre-ville. À chaque interpellation, puisqu’à chaque fois j’avais de nouveaux interlocuteurs policiers, je devais leur démontrer qu’il y avait un règlement, adopté depuis de nombreuses années, qui interdisait le passage des motocyclettes dans ce tunnel. Ils ne connaissaient pas cette interdiction même si le tout était clairement affiché sur la rue. L’ignorance entraînait leur non-intervention. Depuis mes interventions, la Ville a ajouté des pancartes dont certaines lumineuses. J’espère que cette fois les policiers verront les interdictions et interviendront.

Ce choix, adopté à Trois-Rivières, de multiplier les panneaux indicateurs et de restreindre les contraventions est une approche de plus en plus remise en question par maintes municipalités. Plus il y a de panneaux moins ils sont considérés. Moins il y a de coercition, moins il y a de possibilité de se faire prendre, plus les gens osent. Ici, à Trois-Rivières, les risques de contravention pour les motocyclistes sont minimes et c’est connu des motocyclistes de partout dans la province.

En 2017, lors de mes interventions pour faire appliquer l’interdiction de passage des motocyclettes dans le tunnel, j’avais eu des rencontres et des échanges de courriels avec les autorités. J’avais alors avisé Jean-Yves Ouellet (capitaine sécurité du milieu et soutien organisationnel) et M. Guy Plamondon (coordonnateur de la circulation) que la documentation touristique régionale à l’attention des motocyclistes recommandait un circuit qui passait par le tunnel de la rue du Fleuve alors même que ce tunnel est interdit aux motocyclettes. Surpris, ils ont promis d’y remédier. Devinez quoi? Le même circuit est toujours proposé cette année dans la documentation sur papier et internet: http://www.quebecamoto.com/fr/mauricie/le-long-du-fleuve-saint-laurent

Il y aurait encore beaucoup à dire.

Alain Léger

Trois-Rivières