Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Martin Francoeur
Le Nouvelliste
Martin Francoeur

Halo: un choix éclairé

Article réservé aux abonnés
ÉDITORIAL / Il y a un an presque jour pour jour, Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières faisait volte-face et annonçait que l’organisme allait trouver un autre nom pour désigner son district entrepreneurial innovant. Après l’aventure écourtée de «Open Trois-Rivières», place à «Halo Trois-Rivières». Un choix nettement plus... éclairé.

À l’automne 2019, l’utilisation du nom «Open» avait donné quelques haut-le-cœur à des défenseurs de la langue française prêts à mener le combat contre ce choix douteux. Quelques mois plus tard, après que la Société Saint-Jean-Baptiste eut déposé une plainte en bonne et due forme à l’Office québécois de la langue française, IDE Trois-Rivières faisait marche arrière.

Le politique s’en était aussi mêlé. Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, avait insisté auprès de Mario De Tilly pour qu’IDE Trois-Rivières planche sur un nouveau nom ou, à tout le moins, sur une nouvelle façon de l’afficher. Les grandes lettres OPEN dans les vitrines d’un bâtiment situé dans le cœur commercial, institutionnel et touristique de Trois-Rivières ne passaient pas.

L’utilisation du mot «open» pour désigner cet espace entrepreneurial d’innovation avait quelque chose d’étonnant: les lois visant à protéger la langue française à Québec exigent des commerces qu’ils respectent certaines règles très strictes concernant les raisons sociales et l’affichage extérieur. Plusieurs citoyens et quelques élus se demandaient bien comment un organisme paramunicipal pouvait non seulement échapper à cette règle mais surtout ne pas prêcher par l’exemple. Surtout dans une ville dont le caractère largement francophone est incontestable.

Il y a quelques jours, IDE Trois-Rivières a dévoilé le nouveau nom du district entrepreneurial innovant et ce sera Halo Trois-Rivières.

C’est un choix lumineux. Si on s’en était donné la peine au moment de la création du district entrepreneurial innovant, on aurait pu proposer ce nom dès le départ et éviter la spectaculaire levée de boucliers à laquelle on a assisté à la fin de 2019 et au début de 2020. Mais bon, l’heure n’est surtout pas aux reproches.

Lors du dévoilement de ce nouveau nom, IDE Trois-Rivières a indiqué qu’on cherchait un nom court, évocateur, qui se disait aussi bien en français qu’en anglais. Le nom fait aussi référence à la zone circulaire couverte par le district innovant et aussi à son équipe, qui «fait rayonner» les entreprises et la ville de Trois-Rivières. C’est bien vu.

Au sens figuré, un halo désigne aussi l’éclat qui semble émaner de quelqu’un ou de quelque chose. Ça prend tout son sens quand on parle d’innovation, un secteur pour lequel Trois-Rivières cherche toujours à améliorer son positionnement.

Halo Trois-Rivières conservera donc l’identité et la mission qu’on avait associées au district innovant lors de la mise en place: accompagner et soutenir les entreprises existantes et les entreprises en démarrage. Cela passe entre autres par l’incubation, l’accompagnement personnalisé et l’accès à une expertise dans le champ d’activité propre aux entreprises ayant recours au service.

Il faut le dire lorsqu’il y a des bons coups. Cette initiative d’IDE Trois-Rivières en était une. Le choix du nom initial était plus discutable, mais la détermination démontrée – même en pleine crise liée à la pandémie – pour trouver une nouvelle identité est tout à l’honneur de l’organisation.

La Ville de Trois-Rivières et son bras de développement économique ne pouvaient pas laisser un débat à saveur linguistique s’étirer dans le temps et plomber les efforts et les réalisations de ce centre d’accueil, d’incubation et d’accélération d’entreprises. L’idée était trop bonne pour que sa valeur soit supplantée par un problème de désignation.

Maintenant qu’on a trouvé le nom approprié et qu’on l’a annoncé, il faudra prendre soin de bien l’afficher. Avec une fierté bien légitime. Parce qu’au-delà du petit coup de génie derrière ce deuxième baptême, il y a un exemple de la capacité d’un organisme d’être à l’écoute de sa communauté.