Garder espoir

Précédemment, j'avais mentionné dans un de mes textes que j'allais peut-être me servir un peu de mes expériences de vie pour en écrire un prochain. Eh bien, aujourd'hui, j'ai quelque chose à partager avec vous qui vient de ce que j'ai vécu. L'idée, en fait, c'est de vous dire de ne jamais perdre espoir.
On ne sait jamais ce qui peut nous pendre au bout du nez, comme on dit. J'ai vécu cette situation il y a à peu près 30 ans et voilà que, aujourd'hui, elle se représente à moi de nouveau. Je ne m'attendais pas du tout à cela, mais l'occasion était trop bonne pour moi de vous livrer ce message.
Je vous raconte. Il y a une trentaine d'années, je suis allé travailler à Montréal. Je demeurais dans un appartement respectable, coin Rouen et Iberville dans un troisième étage. À l'étage du dessous, une dame âgée vivait seule. Elle avait très mal aux genoux et, quand c'était le temps d'aller à l'épicerie ou ailleurs, faire des emplettes, elle me téléphonait et je l'aidais en l'accompagnant et en transportant ses sacs. Elle avait une canne pour se déplacer. En échange, elle me cuisinait de bons petits plats. Je travaillais beaucoup et je n'avais pas toujours le temps de le faire.
Aujourd'hui, c'est moi qui ai très mal aux genoux et qui ai besoin d'une canne pour me déplacer. Drôle de hasard me direz-vous? Eh bien, oui.
Habituellement, le jeudi, je vais chercher quelques denrées à la distribution alimentaire d'Action communautaire et bénévole de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et j'en profite pour aller chercher à l'épicerie ce qu'il me manque. Johanne, la responsable de ce service, m'a associé avec une personne. Cette personne se prénomme Jessy, n'a pas d'auto et va à l'université. C'est une très bonne personne. En fait, il fait pour moi aujourd'hui la même chose que je faisais pour cette dame âgée.
En résumé, je pense qu'il est important de toujours garder espoir; je pense, que notre karma se souvient bien et, quand on accomplit de bonnes choses dans la vie, cela nous suit et nous reviens sans qu'on s'y attende. Merci Jessy!
Comme disait un sage des temps anciens: «Tout se peut et peut se créer sans qu'on ne s'y attende».
Claude Béland
Notre-Dame-du-Mont-Carmel
Un peu de respect
En réaction à l'opinion de Jean-François Aubin intitulée «Une autre façon de faire de la politique», publiée le 3 mars dernier.
Pour citer mon professeur de karaté, «au karaté, on se salue avant et après le combat, on appelle cela le respect». C'est dans cet esprit que devrait se dérouler une campagne électorale.
Louise Thibeault Goyette
Candidate dans le district de Sainte-Marthe