Isabelle Héroux, Christine Ouellet et Fred Pellerin sont à l’origine du label caxtonien FOC.

Fred Pellerin, une belle source d’inspiration pour promouvoir nos collectivités rurales

OPINIONS / L’auteur, Donald Martel, est député de Nicolet-Bécancour à l’Assemblée nationale.

Un article publié récemment dans Le Nouvelliste et coiffé du titre «Un label propre à Saint-Élie» a retenu tout particulièrement mon attention. Fred Pellerin y annonce, sur un ton qui n’est pas dénué d’humour, qu’il se lance dans une campagne de promotion de produits locaux. Un nouveau label distinctif est créé, l’appellation FOC, qui signifie fabrication d’origine caxtonienne.

Le label FOC sera appliqué aux produits bruts et aux produits transformés ainsi qu’aux services et œuvres d’art répondant à des critères précis de qualité et de contenu local. En utilisant un ton léger et une approche humoristique, Monsieur Pellerin prête ainsi son nom et son immense réputation afin de mieux faire connaître les produits, les services et les créations de ce que le célèbre conteur appelle lui-même les grands crus de Caxton. Cette campagne bien pensée pourrait produire de très beaux résultats et mousser considérablement la vente de produits locaux. Mon premier réflexe a été de dire qu’ils sont vraiment chanceux ces Caxtoniens de pouvoir compter sur Fred Pellerin! Et je me suis plu à imaginer ce qui se passerait si les autres régions rurales pouvaient profiter d’un tel «outil promotionnel».

Toutefois, quand on y pense bien, on retrouve un peu partout au Québec des gens qui se démarquent dans leur domaine et qui sont connus au-delà de leur coin de pays, parfois même à l’internationale. Pas seulement dans le domaine de l’humour et des arts, mais aussi dans le domaine sportif, coopératif, agricole, communautaire, économique et ainsi de suite. Évidemment, il n’y a qu’un seul Fred Pellerin mais on retrouve, dans chacun de nos villages, des personnes possédant un excellent leadership et capables de mobiliser leur communauté. Je pense par exemple aux frères Lemaire de Kingsey Falls ou encore à Jacques Proulx, ancien président de l’UPA. Dans ma circonscription de Nicolet-Bécancour, je vois facilement plusieurs personnes connues qui pourraient le faire. Ces gens pourraient servir de fiers porte-paroles de leur collectivité et contribuer, tout comme Fred, à sa notoriété et à sa renommée. On pourrait être surpris de l’impact que cela pourrait avoir.

Je me souviens que lorsque nous étions jeunes, nous appelions les gens de Saint-Élie «les tireux de roches». Aujourd’hui, on pourrait bien les appeler les «faiseurs de miracles» parce qu’ils sont peut-être en train de donner un nouveau dynamisme à leur communauté de Saint-Élie-de-Caxton, grâce notamment à la crédibilité et à la créativité d’un gars de la place «qui servait le café à la Messe de minuit», selon ce que veut la légende.

Nos villages sont beaux, nos gens sont talentueux et nous avons beaucoup à offrir. Alors, pourquoi ne pas nous inspirer de ces fameux Caxtoniens? Les gouvernements ont, bien sûr, un rôle à jouer pour redynamiser nos villages. Mais quand on mise sur l’implication et la créativité des citoyens et des citoyennes, quand on fait appel à leur fierté et à leur sentiment d’appartenance, on part vraiment gagnants, ne croyez-vous pas?