François Legault

François Legault a de grandes ambitions pour la Mauricie

L'auteur, Donald Martel, est député de Nicolet-Bécancour et porte-parole de la CAQ pour la région de la Mauricie. Il répond ici à la lettre de Marc H. Plante intitulée «Laissez-nous faire notre travail!», publiée dans notre édition du 13 juin.
La lettre de Marc H. Plante, publiée mardi dans ces colonnes, me donne l'occasion de rétablir certains faits mais aussi de parler de mon chef et d'évoquer les avantages que les Mauriciens retireraient s'il devenait leur premier ministre. Je veux toutefois d'abord dire que je connais la Mauricie et que je suis toujours très attaché à ce coin de pays. 
En ce qui concerne la situation de l'emploi, il est exact d'affirmer que le taux de chômage a diminué récemment en Mauricie. Cependant, si on regarde la situation sur une période de quinze ans, on constate que le taux d'emploi en Mauricie était de 56,1 % en mars 2003 alors qu'il se situait à 51,5 % en mai 2017.
Au cours de cette période, on a assisté à une perte nette de 3200 emplois en même temps qu'à une diminution importante de la population active. À cela, il faut ajouter le fait que le revenu disponible par habitant se situe aujourd'hui en Mauricie à 24 477 $, soit 2380 $ de moins que la moyenne québécoise, elle-même en queue de peloton par rapport au reste du Canada.
On peut également ajouter le fait que la Mauricie a récemment perdu une circonscription en raison de la baisse du poids relatif de sa population. Cela confirme qu'on a un problème, même si je déplore cette perte, tout comme le député de Maskinongé. 
Les ambitions de François Legault et de la CAQ pour la Mauricie sont grandes. Des ambitions qui s'appuient sur les forces et la vitalité de notre région, sa position géographique stratégique au coeur du Québec, son accès direct à cette grande autoroute mondiale que constitue le fleuve Saint-Laurent, la présence d'institutions de haut savoir comme l'UQTR, la proximité d'un des parcs industriels les mieux aménagés au Canada, celui de Bécancour, l'accès à des sources d'énergie abondantes et la qualité exceptionnelle de l'offre touristique et récréative de la région. 
Tout cela donne à la Mauricie des atouts de taille. Nous avons donc le droit de nous fixer des objectifs élevés et de viser à accéder à une meilleure prospérité pour toute notre population. Nous allons y arriver si nous comprenons lucidement ce qu'il faut faire pour corriger nos problèmes. Mais nous devrons avant tout avoir un plan directeur, des idées concrètes, basées sur nos forces et notre potentiel. En un mot, nous devons avoir de l'ambition. Et c'est ce que propose François Legault.