Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
EPC Groupe à Yamachiche. 
EPC Groupe à Yamachiche. 

Explosifs à Yamachiche? Pas trop de questions s’il vous plaît…

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
OPINIONS / Mais pourquoi donc s’éloigner ainsi dans les bois, loin des parcs industriels dédiés, et même loin des ports servant à l’expédition fluviale des produits finis partout dans le monde?

Il doit bien y avoir un certain «danger» pour les humains. Des informations confidentielles doivent bien demeurer cachées aux yeux et à la connaissance du peuple asservi, non?

Yamachiche risque-t-elle de devenir une seconde Beyrouth? Allons! N’exagérons pas. Ici, ce n’est pas le Liban; les pompiers sont bien entraînés! Quand même…

Mais pourquoi donc se cacher loin de la civilisation? L’usine devra-t-elle recevoir des services municipaux d’eau et d’égout, et autres services de ramassage de leurs déchets industriels? Et ces déchets industriels seront composés de quoi au juste? De quelle façon s’écouleront-ils de la surface de ces terres agricoles? Pourquoi indique-t-on «danger explosifs» (au pluriel) à l’entrée du terrain s’il n’y a pas d’explosifs? Et sur un terrain où il est interdit d’entrer?

N’y a-t-il pas là une contradiction? Qui sont ces gens intéressés à bâtir une usine de fabrication de matériel pour explosifs à Yamachiche, sur des terres zonées agricoles (encore), et où il n’y aurait pas d’explosifs, nous dit-on?

Y aura-t-il une belle annonce de mise en chantier de cette usine par les édiles municipaux et le préfet de la MRC lorsque le ministère de l’Environnement bénira la construction? Pourquoi tout ce mystère entourant ce développement en plein bois? Loin des yeux…

Et Desjardins qui devait déconstruire sa bâtisse (construction inutile et controversée en 2000) s’il n’y avait plus d’achalandage de sa clientèle infidèle justifiant cette construction controversée; comment expliquer que le maire ait servi d’entremetteur entre Desjardins et EPC alors qu’un bail emphytéotique entre la fabrique et Desjardins régissait la démolition de l’immeuble ainsi que le déneigement des terrains de l’église? Depuis combien de temps le maire savait-il que cette bâtisse était inutile pour plus de 50 %? Les membres Desjardins paieront-ils aussi pour déneiger les stationnements de la compagnie d’explosifs en plus ce ceux de l’église?

Oui, un sujet explosif à Yamachiche qui passera sous le radar… encore une fois. Ne posons pas trop de questions; nous risquons de faire avorter un beau projet de création d’emplois.

À Yamachiche, la devise c’est «Harmonie et Fierté». Il faudra ajouter le symbole des explosifs dans les armoiries du village.

Un peu de Bti avec ça?

Et espérons que le ministère de l’Environnement dira «OUI» lui aussi et qu’il ne posera aucune question. L’affaire sera ketchup!

François Champoux
Trois-Rivières