Alexis Vadeboncoeur

Expliquez-moi la loi SVP!

Alors que je lis dans Le Nouvelliste du 28 février qu'un élu de la Ville de Trois-Rivières, M. Daniel Cournoyer, porte plainte au syndic du Barreau contre M. François Bélisle pour ne pas avoir respecté le principe de présomption d'innocence dans la cause de Jonathan Bettez, comment se fait-il que les conseillers de cette même ville ont voté pour congédier quatre policiers dans l'affaire du vol à main armée d'Alexis Vadeboncoeur?
Alors que notre loi exige cette présomption d'innocence, même le maire et le directeur de police les avaient condamnés dans les médias, et ce, même avant qu'ils soient jugés.
À ce moment, le président de la Fédération des policiers-policières municipaux du Québec Denis Côté avait affirmé «que le conseil municipal aurait dû respecter la présomption d'innocence des policiers».
Qui plus est, la Cour suprême a même permis à notre célèbre voleur de pharmacie d'intenter une poursuite au civil de 2,3 millions de dollars contre ces policiers alors qu'il y avait un dépassement de délai de prescription.
Selon Le Nouvelliste de janvier 2014, «le jeune homme fait toujours l'objet d'un mandat d'arrestation pour avoir enfreint ses conditions de remise en liberté en quittant le centre où il suivait une thérapie pour ses problèmes de consommation de drogues».
La raison de ce retard est qu'Alexis Vadeboncoeur était en cavale... chez sa copine. Est-ce ce même tribunal qui a permis aux motards criminalisés de ne pas avoir de procès? 
Maintenant, je me demande, sommes-nous tous égaux au sens de la loi?
Lucie Gervais
Trois-Rivières