Éteindre le téléviseur

Les vraies affaires sont vraisemblablement au goût du jour, ce sera le slogan du PLQ et c'était le titre d'une pleine page de publicité parue mardi en page 9 du Nouvelliste visant à nous démontrer que nous sommes une province pauvre. Outre les propositions avancées par les signataires, messieurs Audet, Forest, Peeters et Villeneuve pour un Québec plus fort, je proposerais d'abord aux Québécois d'éteindre leur téléviseur.
Une période de 25 heures de passivité par semaine à subir des publicités abusives et des émissions superficielles stérilise notre imagination, entraîne inévitablement des répercussions négatives sur notre santé, notre communauté immédiate et nous appauvrit concrètement d'une quarantaine de dollars par mois.
Pour créer de la richesse, il faut d'abord du temps et de la créativité. Commençons par débrancher le câble, ce cordon ombilical de l'oisiveté.
Luc Arseneault
Saint-Boniface