Accompagné d'une dizaine de ministres, le premier ministre Philippe Couillard s'est déplacé à Montréal mercredi pour dévoiler en grande pompe les nombreux aspects de sa promesse formulée lors de la dernière campagne électorale.

Épargnez Secondaire en spectacle

Lettre au premier ministre du Québec, Philippe Couillard
Cette année, je termine mes études secondaires. Tout au long de mes études, je me suis impliqué partout à l'école. Toutes ces implications avaient pour but de me motiver, chaque semaine, à aller sur les bancs de l'école. Chaque année, une implication particulière me motivait dès septembre: Secondaire en spectacle. Ce programme, qui encourage les jeunes à se développer comme animateurs, chanteurs, acteurs, danseurs et même techniciens, était la chose que je ne voulais pas manquer.
Personnellement, c'est pour l'animation de spectacle que j'avais la piqûre. Pendant quatre ans, je me suis développé comme animateur et j'ai pu, en cinquième secondaire, animer la finale régionale de Secondaire en spectacle Mauricie. Quelle fierté que j'avais les 8 et 9 avril que d'animer ce spectacle dont je rêvais depuis si longtemps! J'aimerais tant que d'autres jeunes puissent vivre cette expérience remarquable. Malheureusement, avec vos mesures d'austérité, 40 % du budget du programme a été coupé. Un 40 % qui risque de mettre en péril la survie du programme.
En coupant dans ce magnifique programme, vous faites des économies, oui. Cependant, vous haussez le risque de décrochage scolaire et vous retirez une motivation pour les jeunes. Si SES n'avait pas été présent lors de mon passage au secondaire, je ne serais pas aussi motivé par l'école. Je n'aurais peut-être même pas eu la flamme de l'animation de spectacle en moi. Je n'aurais pas connu non plus des amis que j'ai rencontrés lors des pratiques d'animation locales et régionales ou même lors des finales.
Monsieur Couillard, voulez-vous réellement nous enlever, à nous les jeunes, ce programme qui prône la détermination, la confiance en soi et la formation de nouvelles amitiés? Si votre réponse est oui, n'oubliez pas que lors des prochaines élections provinciales moi et des milliers d'autres jeunes auront une arme ultime: le droit de vote.
Vincent Mercier
Étudiant en 5e secondaire
École secondaire des Chutes et initiateur du mouvement Les jeunes pour Secondaire en spectacle