Une lueur d’espoir pour les Forges

ÉDITORIAL / La démarche est presque en train de passer inaperçue mais elle pourrait être une lueur au bout du tunnel pour le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice. Depuis le temps que ce site exceptionnel est pratiquement laissé à l’abandon, voilà qu’il semble y avoir une réelle volonté de lui redonner ses lettres de noblesse. Croisons les doigts pour que les bottines suivent les babines. Et pour que le portefeuille s’ouvre en conséquence.

Parcs Canada procède ces jours-ci à une importante opération de consultation pour élaborer le plan directeur décennal du lieu historique trifluvien. Un tel document doit fournir les orientations pour la protection des ressources culturelles et naturelles, l’expérience du visiteur, la diffusion externe et l’éducation du public.

Si l’organisme fédéral responsable de la gestion des parcs et des lieux historiques nationaux a choisi de mener une telle consultation, c’est essentiellement pour avoir le pouls de la population. Ça en dit déjà long sur la volonté de redonner du lustre au site. En favorisant la participation citoyenne en amont, Parcs Canada s’engage dans un processus qui doit impérativement déboucher sur du concret. Le fait de ne pas donner suite à la consultation ou de ne pas tenir compte des commentaires du public pourrait porter atteinte à la réputation de l’organisme et à l’aura de qualité qui enveloppe – généralement – la plupart des sites sous sa responsabilité.

Aux Forges, cette impression ne faisait que s’estomper depuis quelques années. Les interventions sur les installations se faisaient rares. Outre quelques travaux d’entretien urgents, le site donnait l’impression d’être maintenu sur respirateur artificiel.

Le problème venait surtout du fait qu’on ne sentait pas de véritable préoccupation pour le fonctionnement et l’animation du site. Et comme les budgets des lieux historiques patrimoniaux reposent essentiellement sur leur capacité à attirer des visiteurs davantage que sur leur importance patrimoniale, cela a fait mal. On aurait bien aimé que le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice attire plus de visiteurs, mais on ne lui donnait pas les moyens de le faire.

Au moins, Parcs Canada ne joue pas à l’autruche. La baisse du nombre de visiteurs est clairement identifiée comme enjeu dans la mise en contexte du processus de consultation en cours. On indique que la fréquentation est inférieure au potentiel du site. Avant 2012, le lieu accueillait en moyenne 15 000 visiteurs annuellement. Entre 2012 et 2014, la réduction de la période d’ouverture et du nombre d’événements a entraîné une baisse de fréquentation de 50 %. De 14 350 visiteurs en 2012, on était passé à 7054 visiteurs en 2014. Exceptionnellement, un peu plus de 20 000 personnes ont visité le site en 2017, dans le cadre du 150e anniversaire de la Confédération et de la gratuité offerte dans les parcs et les lieux historiques nationaux.

Cela laisse d’ailleurs croire aux dirigeants qu’il serait possible de maximiser le potentiel d’accueil du site de façon à augmenter sa fréquentation. Il est vrai que le potentiel est extraordinaire.

Parcs Canada constate aussi l’impact de la dégradation des ressources culturelles et des installations d’accueil sur l’expérience des visiteurs, ce qui est déjà un pas dans la bonne direction.

Enfin, on doit absolument chercher des moyens de diversifier les possibilités d’utilisation de l’espace et l’offre d’activités. Le lieu doit être vivant. Et pas seulement deux mois par année. Des approches doivent être faites pour attirer de nouvelles clientèles et développer le sentiment d’appartenance et l’appropriation du lieu par le public et le milieu.

Ce ne sont certainement pas les défis qui manquent pour le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice. Maintenant qu’on voit un embryon de volonté, il faudrait que les moyens suivent.

On a tendance à l’oublier, mais ça fait cent ans cette année que le gouvernement fédéral a désigné les Forges comme lieu historique national. Il faut maintenant honorer cet engagement de protection, de mise en valeur et de pérennité.