Un Salon et un CECI

ÉDITORIAL / Le 31e Salon du livre de Trois-Rivières a connu, en fin de semaine dernière, un grand succès au Centre d’événements et de congrès interactifs (CECI) de l’Hôtel Delta. Record d’assistance battu, enthousiasme des auteurs présents, découvertes et rencontres enrichissantes pour les visiteurs. Mais ce qu’on retiendra, surtout, c’est une formidable occupation de ce lieu exceptionnel qu’est devenu le centre des congrès.

On dirait que le Salon du livre habite le CECI de façon naturelle. L’utilisation des nouveaux espaces était étonnamment réussie et donnait à l’événement des airs prestigieux. Nouveau décor, nouvel éclairage, espaces plus vastes, possibilités techniques plus nombreuses: tout semble avoir profité à la tenue du Salon du livre.

Il suffit de prendre connaissance des commentaires de visiteurs ou d’auteurs présents lors de l’événement pour comprendre comment le nouveau centre des congrès vient bonifier la qualité d’une organisation déjà aguerrie et créative.

Plus lumineux, plus confortable, plus convivial, résumait-on dans ces pages lundi matin. «Dès que j’ai mis les pieds ici, j’ai senti la différence. C’est magnifique, actuel, moderne et éclairé. Ça fait vraiment mieux paraître les livres et on est super confortable», mentionnait à juste titre l’auteur jeunesse Richard Petit.

Personne ne le disait vraiment à haute voix, mais l’ancien centre des congrès vieillissait mal. Le décor était dépassé. Les matériaux défraîchis.

Puis est arrivé ce projet d’aménagement d’un «nouveau» centre de congrès par l’équipe de la Société Immobilière G3R. Les travaux ont débuté en juillet 2017 et se poursuivent encore à ce jour. Mais l’essentiel est complété. Le CECI aura nécessité des investissements totalisant 50 millions $ et il faut reconnaître que c’est une réussite totale.

Bien sûr, le nouveau centre de congrès n’a pas l’envergure des grands centres de foires, avec des espaces gigantesques pouvant accueillir des véhicules, des motorisés, des expositions d’envergure. Mais il a l’avantage d’être situé en plein centre-ville, ce qui plaît non seulement aux visiteurs et aux commerçants, mais aussi aux auteurs et aux éditeurs présents.

Pas moins de 16 453 visiteurs ont franchi les portes du Salon du livre de Trois-Rivières cette année. Si on ajoute les quelque 1860 personnes qui ont participé aux activités dites «hors les murs», cela donne un total de 18 313 visiteurs pour cette édition du Salon du livre. Un record. Ceux qui croyaient que les belles années de la lecture et de l’édition appartenaient maintenant au passé peuvent aller se rhabiller.

Ce 31e Salon du livre a accueilli pas moins de 365 auteurs représentant quelque 200 maisons d’édition. Des activités d’animation, des conférences, des rencontres d’auteurs et des tables rondes permettaient au public de prendre contact avec les auteurs. Et c’est ce qui fait la beauté d’un salon du livre: c’est tout sauf un simple lieu de vente de livres. Qui serait assez fou pour payer 4 $ pour aller acheter des livres? Un salon du livre, c’est un rendez-vous avec la littérature, avec les livres, avec les idées. C’est une exceptionnelle occasion de rencontre avec des auteurs, des illustrateurs, des éditeurs, des poètes, des penseurs, mais aussi avec des chefs cuisiniers, des comédiens, des artistes, des polémistes, des personnalités politiques et même avec le «Pharmachien»!

En jumelant un événement aussi riche avec un lieu remarquable, on se dirigeait droit vers un succès retentissant et ç’a été le cas avec ce record de fréquentation. La région est chanceuse d’avoir un si beau Salon dans un si beau CECI.