Un nouveau souffle en ville

EDITORIAL / Après les impressionnantes transformations apportées au centre des congrès de l’hôtel Delta, l’annonce concernant l’agrandissement de l’hôtel Oui Go! et le déménagement du bureau d’information touristique est probablement une des meilleures nouvelles que le centre-ville de Trois-Rivières pouvait espérer. À lui seul, ce projet pourrait redonner un souffle au cœur commercial, institutionnel, culturel et touristique de la ville.

Les propriétaires de l’hôtel Oui Go! et Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières ont annoncé mardi l’acquisition de l’immeuble de l’ancienne Banque Nationale, située directement sur un des coins de l’intersection la plus emblématique de Trois-Rivières. La plus récente présence commerciale au rez-de-chaussée de cet immeuble aura été celle du bistro Les Sœurs grises, fermé en août 2017.

Depuis ce temps, l’intersection était dépouillée. Trois des quatre locaux situés directement sur celle-ci étaient inoccupés.

L’agrandissement de l’hôtel, un projet plus de 2 millions $, permettra de réunir le bâtiment de l’ancienne banque avec celui de l’hôtel Oui Go! actuel. Les deux édifices présentaient déjà une parenté architecturale. Bien sûr, l’aménagement de treize chambres de plus pour l’hôtel est une bonne nouvelle, mais elle en cache une encore meilleure. Au cours des dernières années, les propriétaires du Oui Go! ont démontré un réel intérêt pour la mise en valeur de leur immeuble. Il y a tout lieu de croire qu’ils feront exactement la même chose avec leur nouvelle acquisition.

Ce souci d’esthétique s’est surtout traduit par une mise en lumière réussie, ce que peu d’immeubles du centre-ville peuvent – hélas! – revendiquer. Trois-Rivières «by night» a des leçons à tirer de ce qu’ont fait Gilles Babin et Alex Hum, copropriétaires de l’hôtel.

Mieux encore, les propriétaires entendent réaliser des aménagements pour mettre en valeur l’histoire de cet édifice patrimonial qui appartenait autrefois à la famille Balcer, qui a fait construire les deux édifices (l’hôtel actuel et la nouvelle acquisition) en 1909, avec la même architecture. C’était dans l’année qui a suivi le grand incendie. Le bâtiment, de style beaux-arts, est toujours demeuré un des plus élégants du centre-ville, avec ses bas-reliefs, son revêtement de pierre taillée, sa corniche, son parapet et ses frontons.

À ce projet d’agrandissement de l’hôtel s’ajoute l’installation du bureau d’information touristique (BIT) au rez-de-chaussée du bâtiment qui se trouve directement sur le coin. Il était temps qu’un tel mouvement se produise.

Depuis que Trois-Rivières voit débarquer des milliers de passagers de bateaux de croisière, il était important d’avoir un bureau d’information touristique au cœur du centre-ville, surtout sur le passage naturel des piétons qui s’y promènent. L’intersection des rues Notre-Dame Centre et des Forges fait partie de ce trajet naturel.

La présence du BIT devrait assurer une présence stable sur cette intersection achalandée.

Il faut maintenant souhaiter que ces investissements conjoints des propriétaires de l’hôtel Oui Go! et d’IDE Trois-Rivières puissent inspirer d’autres commerçants ou propriétaires d’immeubles au centre-ville. La Ville elle-même fait sa large part d’investissements depuis quelques années et il y a déjà de belles réalisations de la part de propriétaires qui ont emboîté le pas. L’annonce de mardi et la réalisation de tels travaux devraient donner un nouveau souffle à cet élan revigorant.