Un lieu et un projet à fort potentiel

ÉDITORIAL / La transformation des locaux occupés par l’entreprise Germain et frère, en plein cœur du centre-ville de Trois-Rivières, en un centre d’innovation agroalimentaire est une demi-bonne nouvelle. Un élément très positif pour le centre-ville, certainement, mais qui laisse un goût amer dans certains secteurs de la ville, notamment du côté de l’ancienne ville de Cap-de-la-Madeleine.

On savait qu’il se tramait un projet à saveur agroalimentaire pour les locaux de Germain et frère, une usine de conception et de fabrication de systèmes de ventilation industriels. Il est vrai qu’avec la vocation commerciale, touristique et culturelle du centre-ville, les installations surannées de Germain et frère juraient dans le décor.

Il était donc tout à fait normal qu’Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières multiplie les efforts – et elle l’a fait pendant plus de trois ans – pour proposer des solutions de relocalisation à l’entreprise plus que centenaire. Il y a un peu plus d’un an, ses dirigeants confirmaient un déménagement dans le parc industriel des Hautes-Forges.

Et voilà que lundi, IDE Trois-Rivières présentait le projet qui était dans la mijoteuse depuis plusieurs mois. Un projet de 7 millions $ orienté sur la transformation agroalimentaire s’installera dans ces espaces qu’on va considérablement redessiner et améliorer. En cela, l’implantation de ce centre est une bénédiction pour ce qui est de l’amélioration esthétique du centre-ville. Le quadrilatère des rues Saint-Antoine, Badeaux, Saint-Georges et Champlain est peut-être un de ceux qu’on veut le plus cacher quand on fait visiter le centre-ville aux touristes...

Ça risque de changer. Si on se fie aux esquisses présentées lundi, ce sera un espace plus convivial. On dira enfin adieu au revêtement de tôle brune pour revenir à la brique. Et une nouvelle portion du complexe viendra occuper l’intersection Saint-Georges et Champlain, non loin du Centre d’événements et de congrès interactifs (CECI).

On parle de transformation de produits locaux mais on avise déjà qu’il y aura un point de vente accessible au public. Et les croquis associés au projet nous montrent des espaces avec des tables et une terrasse qui sera apparemment très prisée par le public.

Mais on se garde bien de dire qu’il s’agit d’un marché. Comme si on voulait, avec raison, éviter de froisser les citoyens qui auraient souhaité voir un marché s’implanter dans le Bas-du-Cap, par exemple. L’idée a fait beaucoup de chemin au cours des dernières années et elle s’est intensifiée lors de la récente campagne électorale à la mairie.

Il se trouve, aujourd’hui, plusieurs déçus de voir qu’un autre projet s’installe au centre-ville. On peut les comprendre.

Mais dans la mesure où ce projet de centre d’innovation agroalimentaire s’inscrit dans le cadre du district entrepreneurial innovant «Open» Trois-Rivières, ça devenait prévisible de le voir pousser au centre-ville, où se trouvent déjà la plupart des immeubles voués à l’incubation de nouvelles entreprises, notamment.

C’est tout de même une bonne nouvelle de voir naître, au centre-ville, autre chose qu’un restaurant, un bar, un salon de coiffure ou un atelier de tatouage.

Reste maintenant à attirer des entrepreneurs intéressés à occuper ces locaux. Le projet a reçu un appui financier du comité directeur du Plan de développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Mauricie, ce qui témoigne tout de même d’un important degré de confiance dans le potentiel de ce site et de cette activité économique.