Un engagement non respecté

ÉDITORIAL / Si les consultations tenues au lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice samedi ne devaient servir qu’à une chose, ce serait certainement d’avoir démontré à Parcs Canada l’attachement de la population et de plusieurs institutions de la région envers ce site.

Les Forges, c’est ce qui devrait être la signature patrimoniale et historique de Trois-Rivières. Bien avant l’industrie des pâtes et papiers, fort bien mise en valeur avec Boréalis, il y a eu l’industrie sidérurgique. La première au Canada. Chez nous, aux Forges. Cela mérite certainement une mise en valeur digne de ce nom sur le plan patrimonial.

En fait, c’est exactement ce que souhaitait aussi le gouvernement fédéral en 1919, lorsqu’il a désigné les Forges du Saint-Maurice comme lieu historique national. Avec ce geste vient un engagement qui, manifestement, n’a pas été respecté au cours des dernières années.

On peut certainement se demander la valeur de la consultation tenue par Parcs Canada ces dernières semaines, alors que l’organisme – et par association le gouvernement fédéral puisque le financement est essentiellement politique – est l’unique responsable du fiasco qui a mené à la dégradation du site. Quelle est la valeur d’un plan directeur décennal lorsque l’organisme gestionnaire faillit à ses propres obligations?

La Politique sur les lieux historiques nationaux a pour objectif, entre autres, d’«assurer l’intégrité commémorative des lieux historiques nationaux administrés par Parcs Canada et à cette fin, les protéger et les mettre en valeur pour le bénéfice, l’éducation et la jouissance des générations actuelles et futures, avec tous les égards que mérite l’héritage précieux et irremplaçable que représentent ces lieux et leurs ressources.»

Il apparaît clair, à en juger par l’état de détérioration des infrastructures et des vestiges des Forges du Saint-Maurice, que les moyens adéquats n’ont pas été pris ou fournis pour honorer cet engagement. La protection et la mise en valeur n’ont pas été assurées à la hauteur de ce qu’elles auraient dû être.

Il y a donc un problème majeur qui se pose: il faut maintenant faire du rattrapage pour ce qui est des infrastructures et de l’entretien du site. Malgré l’apparente bonne volonté de Parcs Canada, toutes les sommes d’argent qui seront consenties au cours des prochaines années serviront à réparer ce qui doit l’être, à remettre le site en état. À moins d’une surprise majeure, on voit mal comment le fédéral pourrait remettre de l’argent pour l’animation et la mise en valeur, pour réaliser de nouveaux projets autres que ceux liés aux infrastructures. On doit parler d’animation, de diversification des activités, de rapprochement avec la communauté.

Au moins, Parcs Canada semble bien conscient de cet état de fait. L’exposé de la situation, dans le cadre des consultations concernant le plan directeur, identifie trois enjeux principaux: la fréquentation inférieure au potentiel du lieu, la dégradation des vestiges archéologiques et des installations d’accueil des visiteurs ainsi que la nécessité de reconnaître, d’honorer et de présenter les différents avantages de ce site historique.

Le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, aurait, semble-t-il, des bonnes nouvelles pour le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice prochainement. Espérons que ces nouvelles iront plus loin que les budgets de fonds de tiroirs évoqués samedi lors des consultations: subvention de 1,6 M$ d’Infrastructure Canada, aide financière gouvernementale de 225 000 $ pour bonifier l’expérience client, aide possible de 500 000 $ par le biais de trois différents programmes fédéraux. Les Forges, faut-il le rappeler, n’ont même plus le personnel local pour faire toutes ces démarches. La gestion est assurée à partir de la Montérégie.

Parcs Canada et le gouvernement fédéral doivent honorer la loi en vertu de laquelle les lieux historiques nationaux ont été désignés. Et ça commence par un financement qui doit minimalement permettre l’entretien et la mise en valeur des sites en question.