Le ministre et député François-Philippe Champagne a fait une importante annonce à Shawinigan.

Réponse retentissante

ÉDITORIAL / Comme réponse à François Legault concernant la volonté d’instaurer une déclaration d’impôts unique gérée par Québec, le gouvernement fédéral pouvait difficilement être plus retentissant. Même si c’est une réponse sous-entendue, il est clair que l’annonce faite à Shawinigan lundi concernant la construction d’un nouvel immeuble pour les activités de l’Agence du revenu du Canada envoie le signal selon lequel le gouvernement de Justin Trudeau n’a pas l’intention d’acquiescer à une telle demande.

On constatait bien, depuis quelque temps, qu’il semblait y avoir du sable dans l’engrenage pour ce qui est des travaux de réfection annoncés en avril 2017. Une première phase de 12 millions $ devait débuter rapidement. Le fédéral, vraisemblablement, planchait déjà sur une autre solution.

Ce n’est pas la première fois qu’on parle d’une reconstruction du centre fiscal. C’était même un des scénarios envisagés en 2011 dans un rapport de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada concernant la revitalisation du centre fiscal. Mais cette option, jugée trop coûteuse à plus de 120 millions $ à l’époque, a été abandonnée. On allait plutôt privilégier des rénovations majeures.

Les conservateurs ont toutefois montré, au fil des ans, peu d’intérêt pour le centre de traitement de Shawinigan. Tellement peu, en fait, qu’on a craint pour sa survie.

Il n’en fallait pas plus pour que François-Philippe Champagne, en 2015 alors qu’il était candidat pour être député de Saint-Maurice–Champlain, fasse campagne là-dessus. On se souvient encore du point de presse qu’il avait donné devant le centre fiscal, flanqué de celui à qui on doit sa construction, nul autre que l’ex-premier ministre Jean Chrétien.

Rapidement, les propos sont devenus plus rassurants quant à la pérennité de l’immeuble et des opérations de l’Agence du revenu du Canada à Shawinigan.

Et il faut bien admettre, même si on est en année électorale, que l’annonce faite lundi est particulièrement réjouissante pour les employés, mais aussi pour la communauté shawiniganaise. Le centre fiscal, même s’il a changé d’appellation pour devenir le Centre national de vérification et de recouvrement, est un moteur économique majeur à Shawinigan. Il fournit de l’emploi à 1600 personnes, dont 1300 seulement pour Revenu Canada.

La construction d’un nouvel immeuble, même si elle soulève certaines questions quant à la longévité et la durabilité des constructions de la fin des années 70, vient réaffirmer l’importance du centre de Shawinigan dans le travail que fait l’Agence de revenu du Canada, surtout depuis la modification de la vocation du centre fiscal. L’édifice actuel sera démoli. On construira pus grand, tout juste à côté, ce qui permettra d’améliorer les espaces de stationnement par la suite. On veut aussi un bâtiment plus vert, ce qui n’est pas à négliger.

Les autorités fédérales se sont gardées de donner quelque chiffre que ce soit quant à la valeur d’un tel investissement. Mais à la lumière des évaluations faites en 2011 concernant un scénario de reconstruction, on peut parler d’environ 150 millions $.

De tels investissements, ça ne se voit pas souvent dans la région et il faut ici saluer l’engagement du gouvernement fédéral envers Shawinigan et la Mauricie. L’acharnement de François-Philippe Champagne peut certainement être comparé avec celui qu’avait eu Jean Chrétien dans les années 70 pour amener une telle infrastructure dans un champ de Shawinigan-Sud.

L’annonce de la construction d’un nouveau centre pour l’Agence du revenu du Canada envoie un message clair selon lequel le travail qui se fait ici est apprécié et valorisé. Elle envoie aussi le message au gouvernement de François Legault que le fédéral n’a pas l’intention de déléguer au provincial le traitement d’une éventuelle déclaration unique de revenus. Acquiescer à une telle demande tout en reconstruisant le centre de Shawinigan aurait envoyé un curieux message sur le plan politique.