Points d’interrogation

La région du Centre-du-Québec vient de se doter d’une nouvelle image de marque. Nouvelle identification graphique, nouvelle signature visuelle, nouvelle vidéo promotionnelle. Le symbole supposément fort qui est au cœur de cette opération de marketing est un point d’exclamation jaune. Mais quand on regarde le résultat de cette campagne promotionnelle, ce sont plutôt des points d’interrogation qui habitent l’esprit.

Visuellement, la nouvelle campagne promotionnelle est très esthétique. Les images de la vidéo de présentation sont léchées. Le graphisme est soigné. Mais sur le plan du contenu, ça se gâte.

La vidéo descriptive de la région est d’une désolante vacuité. En fait le narratif est tellement vague qu’on pourrait changer le nom du Centre-du-Québec pour celui d’à peu près n’importe quelle autre région et ce serait la même chose. Mis à part quelques rares éléments distinctifs comme «Au Québec, il n’existe qu’un centre et c’est le nôtre» ou encore «Nous sommes la plus jeune région administrative du Québec», tout le reste n’est que généralités, lieux communs et phrases creuses.

«Une région vivante et accueillante. Un coin de pays où il fait bon vivre. Une région qui fait la fierté de nos parents et le bonheur de nos enfants. Ici, on ne reste pas les bras croisés, on ne fait pas que parler. On agit. Nous sommes des entrepreneurs dans l’âme, et ‘‘entreprendre’’ ça veut dire se retrousser les manches ensemble pour faire aboutir les choses. Le potentiel est partout, aux quatre coins de ce petit pays. Ici, on se tient les coudes serrés. Notre plus grande richesse, c’est elle, c’est lui, c’est ton frère, ta mère, ton cousin, ta collègue. Ici, nous sommes tricotés serré, mais nos portes sont grand ouvertes pour laisser entrer le vent frais et les idées nouvelles. Elles sont ouvertes aux gens d’ici et d’ailleurs. Parce que le désir de s’épanouir n’a pas de nationalité; il est ancré en nous tous. Ici, on tend la main vers l’autre. La communauté coule dans nos veines. Ici, on a développé l’industrie manufacturière. Ici, on a fait prospérer l’industrie laitière. Ici, on transporte le Québec au complet. Ici, on fait bouger les choses.»

Un peu plus et on ajoutait: «Ici, c’est Pepsi».

Le plus étrange, dans toute cette opération, c’est que l’excès de fierté du Centre-du-Québec ne s’est pas traduit par le fait d’encourager une entreprise locale pour la réalisation de cette campagne de visibilité. C’est la firme Archipel Synergie créative, de Longueuil, qui a remporté l’appel d’offres. Et le budget associé à ce mandat avoisinerait, selon des médias centricois, le million de dollars.

Le directeur général de la MRC de Drummond a confié au journaliste du Courrier Sud qui l’interviewait sur cette situation qu’il n’y voyait aucun problème. Qu’il aille dire ça aux gens d’Absolu Communication, une firme qui a un bureau à Drummondville et un autre à Victoriaville, qui avaient aussi soumissionné pour ce contrat.

Apparemment, cela faisait deux ans que la Table des MRC du Centre-du-Québec travaillait là-dessus. On aurait pu au moins s’assurer que le site web icionfaitbougerleschoses.com, une autre réalisation de la firme retenue, présente un contenu sans fautes d’orthographe et de grammaire.

Les objectifs derrière cette initiative sont compréhensibles: développer la notoriété de la région, accroître le sentiment de fierté, uniformiser la signature distinctive, favoriser son positionnement. Mais les moyens soulèvent bien des questions.

En déficit identitaire depuis sa création, en 1997, la région du Centre-du-Québec voulait créer une image de marque, adopter une action concertée et propager son dynamisme. Ce qui ressort plutôt, c’est l’image quelconque d’une région parmi tant d’autres.

La tentation du marketing est toujours très forte pour des intervenants politiques et socio-économiques et il y a parfois des initiatives plus heureuses. Il faudra attendre pour voir si cette campagne orchestrée par les acteurs du Centre-du-Québec aura un retour sur investissement acceptable. Cela pourrait compenser, en partie, pour le message flou et commun qu’elle véhicule.