Donald Martel

Personnalités 2018: rassembleuses et inspirantes

Difficile d’ignorer l’éclatante victoire de la Coalition avenir Québec lorsque vient le temps de faire le bilan de l’année 2018.

La Mauricie a largement contribué à ce véritable raz-de-marée en portant des députés caquistes au pouvoir dans les quatre circonscriptions mauriciennes à l’enjeu. Les analystes ont attribué ce résultat à la volonté de changement des électeurs québécois et à l’essoufflement du Parti libéral. Chez nous, un homme a également eu son mot à dire dans cette victoire historique. Cet homme, notre personnalité de l’année en 2018, c’est Donald Martel.

Le député de la rive sud a dû se mettre au travail plusieurs mois avant le scrutin décisif du 1er octobre dernier. Dans l’ombre, il a épluché des centaines de curriculum vitae pour trouver les perles rares qui allaient dignement représenter la Coalition avenir Québec en Mauricie. Si Sonia LeBel est davantage une prise du national (quoique Donald Martel aurait travaillé fort pour qu’elle se présente en Mauricie), les autres candidats ont été repérés par le député de Nicolet-Bécancour lui-même. Mais la tâche n’a pas toujours été facile. Il faut dire que la CAQ pouvait représenter, malgré des sondages favorables, un risque pour des candidatures de renom. Donald Martel a d’ailleurs dû essuyer quelques refus mais les candidats inexpérimentés qu’il a recrutés ont tant bien que mal relevé le défi.

Certains diront que ceux-ci ont davantage profité de l’erre d’aller de la CAQ pour obtenir leur siège à l’Assemblée nationale et ce n’est pas complètement faux. Par contre, contrairement à d’autres candidats sans expérience qui se sont mis les pieds dans les plats dans d’autres circonscriptions au Québec, les candidats de la CAQ en Mauricie ont évité la catastrophe. Là-dessus, Marie-Louise Tardif (Saint-Maurice) et Simon Allaire (Maskinongé) doivent une fière chandelle à leur collègue qui les a étroitement accompagnés tout au long de la campagne. Se dirigeant facilement vers un troisième mandat dans sa propre circonscription, Donald Martel pouvait bien se permettre cet esprit d’entraide.

Évidemment, le vétéran député de la CAQ s’attendait à ce qu’un tel dévouement lui ouvre les portes d’une limousine ministérielle. Le chef François Legault en a décidé autrement. La parité hommes-femmes et les représentations régionales auront finalement joué contre sa candidature. La pilule a été difficile à avaler mais, en fidèle soldat, Donald Martel a pris un peu de recul, a fait passer son parti en premier, et s’en est brillamment sorti en disant que le grand nombre de députés caquistes et surtout la qualité de ceux-ci pouvaient expliquer un tel dénouement. Une noble réaction… dont pourrait se rappeler M. Legault dans un remaniement qui pourrait survenir plus vite qu’on le pense.

Du côté des sports, le choix s’est arrêté sur Roger Lavergne qui s’est démarqué par son implication dans trois événements qui ont tourné les projecteurs vers la Mauricie. L’homme à la tête des Cataractes, des Rôtisseries Fusée et de la Fondation Fusée a littéralement ressuscité la boxe professionnelle à Shawinigan après une pause d’une décennie, attirant plus de 8000 personnes en deux galas en février et en mai. En juin, il a reçu tout le gratin de la LHJMQ à l’occasion des Assises du circuit Courteau. En février prochain, l’organisation des Cataractes accueillera pour une deuxième fois la Classique hivernale de la LHJMQ et Roger Lavergne sera une fois de plus le grand chef d’orchestre de cet événement présenté aux Grandes estrades de Saint-Tite.

Aux arts, deux personnalités de l’année ont été retenues: Christine Beaulieu et François Bellefeuille. Figure connue de la télévision et du cinéma québécois, la Trifluvienne Christine Beaulieu a démontré sa grande polyvalence et son immense talent à travers le livre J’aime Hydro. Ce véritable bijou, adapté au théâtre, lui a notamment valu le prix des Nouvelles voix de la littérature au Salon du livre de Trois-Rivières et une nomination aux prestigieux Prix littéraires du Gouverneur général. Toujours proche de sa région natale, elle était invitée d’honneur du dernier Salon du livre de Trois-Rivières et elle a participé activement à la campagne promotionnelle de Tourisme Trois-Rivières. L’actrice s’est également engagée comme porte-parole des Rendez-vous branchés d’Équiterre. Bref, Christine Beaulieu, une femme de grand talent, aux valeurs actuelles, qui a sa région à coeur et dont on n’a visiblement pas fini d’entendre parler.

Humoriste de l’année au Québec, le Trifluvien François Bellefeuille a lui aussi connu une année 2018 remarquable et il fait maintenant partie des humoristes «chouchou» du public québécois. Ses implications à l’extérieur de la scène font de lui une personnalité très en vue. Porte-parole de l’édition 2018 de l’Opération Nez rouge et très actif sur les réseaux sociaux, le sympathique personnage ébouriffé a notamment démontré sa grande préoccupation sociale en mettant aux enchères l’un de ses Olivier dans la foulée du scandale impliquant Gilbert Rozon. La statuette a finalement été vendue pour 10 100 $ à Vincent Guzzo et cette initiative a finalement permis de verser plus de 30 000 $ aux CALACS de la province. C’est ce qu’on appelle utiliser son talent pour une bonne cause.