Steven Guilbeault et Justin Trudeau

Les rouges et leurs habits verts

Éditorial / C’est une drôle de semaine pour les libéraux de Justin Trudeau sur le plan environnemental. Ils ont dû donner le feu vert à l’expansion du pipeline TransMountain, un geste qui détonne certainement pour un gouvernement qui se veut sensible aux changements climatiques et à la protection de l’environnement.

Parce qu’on sait que de telles questions seront au cœur de la prochaine campagne électorale, on commence à voir les partis revêtir leurs habits verts.

Les libéraux ont procédé mardi à l’annonce de l’expansion de TransMountain en se pinçant le nez et en croisant les doigts pour qu’un tel geste ne leur colle pas trop. Déjà mercredi, le déploiement médiatique des ministres pour offrir le traditionnel «service après-vente» était savamment orchestré.

Le message des libéraux est intéressant. D’abord, Justin Trudeau n’avait pas vraiment le choix d’aller de l’avant avec le projet d’expansion évalué au bas mot à 7,4 milliards de dollars. Le pipeline TransMountain avait été acquis l’an dernier par le fédéral pour 4,5 milliards $ parce que le privé n’en voulait pas. Il fallait donc trouver une façon intelligente de faire passer la pilule et, à moins de quatre mois de l’élection, de moduler le message en conséquence. En gros, on veut faire la démonstration que la croissance économique et la lutte contre les changements climatiques ne sont pas incompatibles.

Mieux, on veut démontrer que l’une peut servir l’autre. L’idée d’investir chaque dollar généré en revenus fiscaux par le projet TransMountain, lorsque celui-ci sera en activité, dans la transition vers des énergies propres est habile. C’est un compromis qui permet certainement de mieux faire passer cette décision. La cuillerée de sucre de Mary Poppins pour faire avaler le médicament plus facilement, en quelque sorte.

Même s’il y a une collision idéologique évidente entre le développement économique associé aux hydrocarbures et la lutte contre les changements climatiques, le fait de réunir ces deux approches est intéressant dans une perspective à plus long terme.

Il sera impératif, pour le gouvernement, de passer rapidement de la parole aux actes et de démontrer l’efficacité d’une telle proposition. Les Canadiens, a dit Justin Trudeau, veulent un avenir plus vert. Et parions que ces mêmes Canadiens surveilleront de près les gestes du gouvernement fédéral en matière de transition écologique, surtout quand il y a une promesse d’exclusivité pour ce qui est des revenus générés. Ottawa estime à un demi-million de dollars les recettes fiscales additionnelles anticipées, une fois le projet TransMountain terminé.

Politiquement, cette «deuxième» annonce concernant le pipeline est à double tranchant. En Colombie-Britannique, ça suscite une colère. En Alberta on s’en réjouit, mais les libéraux n’ont pas de véritable possibilité de gains dans cette province.

L’annonce de l’expansion du pipeline est survenue quelques jours seulement avant qu’on confirme que le fondateur d’Équiterre, Steven Guilbeault, sera candidat à l’investiture du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Laurier–Sainte-Marie, à Montréal. Même si on se doutait qu’un tel saut en politique allait survenir un jour ou l’autre pour ce Latuquois d’origine, ça reste une prise très intéressante pour les libéraux, essentiellement parce qu’elle vient donner une crédibilité accrue à ce parti en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques.

C’est loin d’être un pari gagné d’avance pour Steven Guilbeault et pour les libéraux. Même si la députée actuelle, la néo-démocrate Hélène Laverdière, a annoncé qu’elle ne sollicitera pas un troisième mandat, Laurier–Sainte-Marie n’est pas spécialement un fief libéral. C’était la circonscription que Gilles Duceppe a occupée pendant vingt et un ans, de 1990 à 2011.

S’il est élu, Steven Guilbeault serait certainement la meilleure police d’assurance pour que dans le cas des revenus du pipeline, les bottines suivent les babines.

Mais si tout ça fait beaucoup de rimes en «ine», ça commence à faire aussi beaucoup d’hypothèses.